👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

D’un point de vue purement graphique, « Little Tulip » est certainement la meilleure BD publiée en 2014. A près de 60 ans, François Boucq est au sommet de son art. La manière dont il représente l’enfer du goulag et l’univers ultra-violent des gangs russes est d’une intensité à couper le souffle. On se prend vraiment une claque à la lecture de ce roman graphique! Il faut dire que le récit imaginé par l’écrivain américain Jérôme Charyn, avec lequel Boucq avait déjà collaboré dans les années 80 (« La Femme du magicien » en 1984 puis « Bouche du Diable » en 1989), a été écrit sur mesure pour le dessinateur lillois. C’est d’ailleurs Boucq lui-même qui a suggéré l’idée de « Little Tulip » à Charyn, après avoir découvert, par hasard, les carnets de dessin d’un certain Danzig Baldaev dans une petite librairie parisienne. Déporté dans un goulag sibérien avec ses parents lorsqu’il était enfant, Baldaev a fini par devenir l’un des gardiens du camp. « Pendant toutes ces années, il n’a pas cessé de dessiner ce qu’il voyait », raconte François Boucq dans une interview à Télérama. « Sévices, humiliations, tortures, scènes d’interrogatoire dignes de l’Inquisition : tout est scrupuleusement consigné dans un style naïf, mais avec un luxe de détails saisissant ». C’est sur base de ces carnets que Charyn et Boucq ont imaginé l’histoire de Pavel, un jeune garçon qui, séparé de ses parents, doit apprendre à survivre seul dans le goulag. Pour y parvenir, il peut compter sur une arme redoutable: ses talents de tatoueur, qui lui vaudront son surnom de « Little Tulip ». Grâce à son don pour le dessin, Pavel parvient d’abord à amadouer l’effrayante gardienne en chef du camp, une horrible matrone qui abuse de lui. Ensuite, toujours grâce à ses tatouages, il obtient la protection de Kiril-la-Baleine, le redoutable chef d’un des gangs de caïds qui font la loi dans le goulag. Grâce à Kiril, il finira par retrouver sa mère, mais au passage, il perdra toutes ses illusions… Bien des années plus tard, Pavel, devenu Paul, est toujours un tatoueur de grand talent, mais à New York. Grâce à ses talents, il donne régulièrement des coups de main très utiles à la police new-yorkaise, pour laquelle il dessine des portraits robots hyper-réalistes. Le seul qu’il ne parvient pas à dessiner, c’est « Bad Santa », un tueur en série qui viole et tue des femmes dans les ruelles sombres de la ville… Véritable déclaration d’amour au dessin, « Little Tulip » permet à François Boucq de mettre en images des scènes d’une force inouïe, souvent très violentes mais aussi d’une très grande beauté. La page où l’on parcourt le corps entièrement tatoué de Pavel, par exemple, sur lequel il a gravé toute sa vie, est tout simplement sublime. Quel dommage, du coup, que Charyn et Boucq n’aient pas soigné la fin de leur histoire! Celle-ci s’arrête assez abruptement, comme si les deux auteurs avaient tout à coup manqué d’inspiration pour la conclure en beauté… ou comme s’il avait absolument fallu terminer l’album pour les fêtes. Clairement, « Little Tulip » aurait mérité 10 ou 20 pages en plus. Ce sont sans doute ces pages qui font la différence entre ce qui est un très bon livre et ce qui aurait pu être un chef d’oeuvre. Un bémol qui n’empêche évidemment pas « Little Tulip » d’être l’une des BD incontournables de cette année. Ne fût-ce que pour admirer les dessins de Boucq… et en particulier ses incroyables tatouages!
matvano
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleures BD de 2014

il y a 7 ans

11 j'aime

5 commentaires

Little Tulip
Gritchh
7
Little Tulip

I want my Boucq back

Boucq est un très grand dessinateur qui peut tout dessiner, comme il le montre une fois de plus avec Little Tulip. Surtout, et depuis très longtemps, il sait dessiner comme personne les corps, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

3

Little Tulip
laspal
8
Little Tulip

Quand le dessin prend vie.

Le récit est prenant, le dessin est éclatant, la mise en case est brillante, on sent que les auteurs ont de la matière, que tous les personnages ont du volume, une histoire propre (enfin, unique,...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

Little Tulip
trevorReznik
4
Little Tulip

Critique de Little Tulip par trevorReznik

Franchement, je ne comprends pas l'engouement autour de cette BD. Je trouve les mêmes défauts à Little Tulip qu'à la série Boucer, elle aussi très estimée, et elle aussi dessinée par Boucq : une...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

1

L'Autre - Le Rapport de Brodeck, tome 1
matvano
10

Manu Larcenet n'en finit pas de nous impressionner

Manu Larcenet est déjà de retour. Un an seulement après avoir conclu de maîtresse façon la terrible saga « Blast », qui lui avait pourtant demandé une énorme débauche d’énergie, l’auteur français...

Lire la critique

il y a 7 ans

31 j'aime

2

L'Homme qui tua Lucky Luke - Lucky Luke vu par..., tome 1
matvano
9

Matthieu Bonhomme: l'homme qui réinventa Lucky Luke

« J’ai tué Lucky Luke! » Dès la première page de ce nouvel album, dont le titre est un clin d’oeil à un célèbre western de John Ford (« L’homme qui tua Liberty Valance »), le lecteur est confronté à...

Lire la critique

il y a 6 ans

23 j'aime

1