👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

« Little Tulip », à sa sortie, a fait couler beaucoup d’encre. Le one-shot, réalisé par Charyn (au scénario) et Boucq (au dessin), était décrit comme puissant, noir et formidablement dessiné. Paru dans la collection « Signé » au Lombard, le livre pèse pas moins de 84 pages. C’est la troisième collaboration des deux auteurs.

Paul est américain. Alors qu’il n’est qu’un enfant, sa famille émigre à Moscou où ils vont subir de plein fouet la révolution soviétique. Condamnés pour espionnage, ils sont envoyés au goulag en Sibérie. Séparé de ses parents, Paul va tenter de survivre, s’aidant de son seul atout : son talent de dessinateur. Il va obtenir des protections des gangs locaux en tant que tatoueur attitré.

C’est une histoire implacable qui se développe ici. L’humanité dans ce quelle a de plus animal. Viols, meurtres, domination… Tout y passe. On découvre le quotidien du camp, là où les prisonniers s’organisent en clans pour survivre et se dominer les uns les autres.

Parallèlement à l’histoire du goulag, on suit Paul à une époque plus contemporaine. Ainsi, on sait qu’il a survécu dès le départ et qu’il est revenu aux Etats-Unis. Cette partie constitue une sorte de polar, Paul aidant les policiers pour dessiner des portraits robots. Moins prenante que celle du goulag, elle reprend les thèmes du tatouage et de la vengeance.

Cet univers ultra-violent est soutenu par le dessin puissant de Boucq. Habitué à ces genres de thèmes (on pense à « Bouncer » par exemple), il a un véritable talent pour montrer l’être humain dans sa déchéance. Les corps sont particulièrement à l’honneur ici et son trait dynamique et rugueux marche à merveille. Il est heureux que Boucq sache si bien choisir ses scénaristes !

« Little Tulip » est un ouvrage puissant et viscéral qui ne fait jamais dans la demi-mesure. Dans ce livre, tout acte se fait dans le sang et l’épilogue ne peut être que vengeance. Un bel ouvrage de bande-dessinée, avec un dessin au diapason de son scénario.

belzaran
8
Écrit par

il y a 6 ans

3 j'aime

Little Tulip
Gritchh
7
Little Tulip

I want my Boucq back

Boucq est un très grand dessinateur qui peut tout dessiner, comme il le montre une fois de plus avec Little Tulip. Surtout, et depuis très longtemps, il sait dessiner comme personne les corps, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

3

Little Tulip
laspal
8
Little Tulip

Quand le dessin prend vie.

Le récit est prenant, le dessin est éclatant, la mise en case est brillante, on sent que les auteurs ont de la matière, que tous les personnages ont du volume, une histoire propre (enfin, unique,...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

Little Tulip
trevorReznik
4
Little Tulip

Critique de Little Tulip par trevorReznik

Franchement, je ne comprends pas l'engouement autour de cette BD. Je trouve les mêmes défauts à Little Tulip qu'à la série Boucer, elle aussi très estimée, et elle aussi dessinée par Boucq : une...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

1

Shangri-la
belzaran
5
Shangri-la

Une critique du consumérisme caricaturale

« Shangri-La » avait marqué l’année 2016. L’album de Mathieu Bablet, lourd de ses 220 pages, proposait une couverture racée et intrigante et une science-fiction de qualité. Devant les promesses,...

Lire la critique

il y a 4 ans

34 j'aime

2

Le Chemisier
belzaran
4
Le Chemisier

Quelle vacuité !

Avec le scandale de « Petit Paul » et ses accusations d’être un ouvrage pédopornographique, on aurait presque oublié qu’au même moment ou presque Bastien Vivès publiait « Le chemisier ». Ce roman...

Lire la critique

il y a 3 ans

30 j'aime

Hello Fucktopia
belzaran
6

Critique de Hello Fucktopia par belzaran

Si je n’ai jamais accroché à « Maliki », j’ai toujours été fan du trait de Souillon. Un peu frustré, j’ai été très réceptif à l’annonce de la sortie d’un one-shot plus sombre intitulé « Hello...

Lire la critique

il y a 7 ans

21 j'aime

3