Madame de Nancy Peña, chat échaudé craint temps de chien mais gare aux gaffes domestiques!

Avis sur Madame, t.2, Un temps de chien

Avatar Branchés_Culture
Critique publiée par le

Critique et extraits sur: http://branchesculture.com/2016/11/27/chat-madame-nancy-pena-humour-gag-mignon/

Ne dites pas à Madame qu’elle a du chien, cela pourrait la vexer profondément. Madame, c’est une chatte domestique… ou plutôt est-ce l’inverse. Car Madame a du tempérament et prend un malin (et machiavélique plaisir à faire tourner sa maîtresse en bourrique. Et Nancy Peña (la dessinatrice, dans un tout autre genre, de Médée), non contente de lui donner la parole et de fantasmer un peu ses petites manières, de la coucher sur internet (un blog d'abord) papier. Enfin d’essayer. Parce que Madame gigote beaucoup et mieux vaut être bien assuré.

Résumé de l’éditeur : Au grand dam de Nancy Peña, l’espiègle minette n’en a pas terminé avec les bêtises. Tour à tour styliste (grunge), paysagiste (cataclysmique) et même lave-vaiselle (turbo et cycle court !), Madame ne compte pas brider ses compétences et expériences. Qui a dit que les chats se prélassaient dans l’oisiveté ?

Manifestement, Madame n’est pas rassasiée et a encore faim de gloire et d’amuser la galerie. Pas besoin de redoubler d’effort, pour autant, dans ce deuxième tome, en matière de pire, Madame connaît son sujet sur le bout des griffes. Et tant qu’à parler de sujet, parlons aussi des verbes qui accompagne ses frasques. « Madame formule », « Madame bouscule » ou encore « Madame fatigue »… mais jamais longtemps tandis que Nancy Peña rivalise d’originalité pour mettre des mots sur les innommables bévues et mauvais coups de sa compagne féline et vicieuse.

Tout au long des 80 pages, on rit souvent de bon cœur tout en se disant « mieux vaut que ce soit chez Nancy que chez nous » car Madame dépote ! Les moments de sieste, véritables havres de paix pour la propriétaire de cette chatte écaille de tortue si mignonne… à l’extérieur, sont donc trop rares, et pour le reste, il faut s'armer de patience... alors que la féline s'arme elle de tout ce qu'elle trouve: le ruban des cadeaux de Noël (hé oui, on y pense déjà), un bidon d'essence ou un bol de soupe sans compter les babioles qui encombrent la cheminée et que Madame s'empresse de faire dégringoler pour... tester les lois de la physique.

Oui, Madame est savante et trop craquante que pour qu'on lui passe un savon. Et ce n'est pas pour nous déplaire. Fini le temps de l'espion aux pattes de velours, la chatte en question, ici, ne fait pas dans la dentelle et a sa place toute trouvée parmi les chat-valiers de l'apocalypse. En témoigne l'étendue des dégâts dans la maison, les jours de pluie. À miauler de rire!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 104 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Branchés_Culture Madame, t.2, Un temps de chien