👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Moi qui commençais à me sentir un peu vieux, je suis le benjamin des patients du service urologie"

Au vu du thème je m'attendais à une lecture difficile, mais Kazuyoshi Takeda évite tous les écueils que peut présenter ce genre de sujet, n'étant jamais ni lourdingue ni bisounours.

Il nous présente les étapes de sa lourde chimio vue de l'intérieur avec énormément d'humour, de finesse, de pédagogie et de réalisme. On passe par toutes les étapes physiques et mentales de la maladie et le petit monde de l'hôpital est admirablement croqué. L'émotion est souvent présente mais par petites touches extrêmement pudiques et inattendues, nous faisant passer du rire aux larmes en quelques cases. Les dilemmes de l'âge de la trentaine sont très bien retranscrits et je m'y suis parfois retrouvée.
Le style graphique est sobre, maîtrisé et harmonieux.

Je recommande ce manga aux ados matures à partir de 14 ans, il y a du vocabulaire explicite mais toujours éducatif et utilisé à bon escient et pas d'images choquantes. Il fait un important travail de prévention du cancer du testicule qui touche principalement les jeunes et présente une image positive de la masculinité (solidarité inter-générationnelle, pudeur, expression de sa sensibilité, importance des liens familiaux). A découvrir et faire découvrir !

ritournelle
8
Écrit par

il y a plus d’un an

2 j'aime

Mon cancer couillon
ritournelle
8

"Moi qui commençais à me sentir un peu vieux, je suis le benjamin des patients du service urologie"

Au vu du thème je m'attendais à une lecture difficile, mais Kazuyoshi Takeda évite tous les écueils que peut présenter ce genre de sujet, n'étant jamais ni lourdingue ni bisounours. Il nous présente...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime

Mon cancer couillon
Goshima
7

Critique de Mon cancer couillon par Goshima

Kazuyoshi Takeda a 35 ans. Il est épanouit dans sa vie de couple et a une situation économique à peu près stable en tant qu'assistant mangaka. Il se complaît dans sa situation et commence à mettre de...

Lire la critique

il y a 1 an

1 j'aime

Mon cancer couillon
nolhane
9

Le beau témoignage d'une lutte contre le cancer

Avec Mon cancer couillon, Kazuyoshi Takeda raconte avec beaucoup d'humilité et de sincérité sa lutte contre le cancer des testicules. Alors qu'il travail comme assistant mangaka depuis des années...

Lire la critique

il y a 2 ans

La Symphonie du vivant
ritournelle
4

n'importe quoi

Comment prendre un sujet super intéressant et actuel (l'épigénétique) et le transformer en un gros gloubiboulga infect ? - mal vulgariser : parfois avec des images outrancières et ultra simplifiées,...

Lire la critique

il y a 1 an

2 j'aime

Mon cancer couillon
ritournelle
8

"Moi qui commençais à me sentir un peu vieux, je suis le benjamin des patients du service urologie"

Au vu du thème je m'attendais à une lecture difficile, mais Kazuyoshi Takeda évite tous les écueils que peut présenter ce genre de sujet, n'étant jamais ni lourdingue ni bisounours. Il nous présente...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime