Nausicaä de la Vallée du Vent

Avis sur Nausicaä de la vallée du vent

Avatar Adagio
Critique publiée par le

Nausicaä est une oeuvre singulière dans la carrière de Miyazaki. Le manga prend place dans le futur d'une planète meurtrie, suite à une guerre appelée Les Sept Jours de Feu. Depuis cet évènement tragique, l'écosystème est déréglé et une forêt toxique se propage sur le territoire. Aux abords de la forêt, une civilisation survit dans la Vallée du Vent, une zone protégée des spores par la côte rocheuse et le souffle marin. Dans cette peuplade vit Nausicaä, la fille du chef local, étrangement proche des créatures qui sillonnent la forêt. Nausicaä va être embarquée dans un conflit opposant le royaume Tolmèque à l'empire Dork, les deux grandes nations de ce monde. Alors que le récit débute, de nouvelles guerres approchent, risquant de tout bouleverser à nouveau.

Le manga est avant tout un condensé de l'univers de Miyazaki. L'orgueil des hommes, la nature en péril ou le shintoïsme sont autant de sujets que l'on retrouve régulièrement dans les films du réalisateur. Le graphisme est reconnaissable et à ce titre l'oeuvre a pu gagner en maturité au fil du temps, le dessinateur travaillant sur le projet de manière épisodique. Au bout d'une 12aine d'années, Miyazaki parviendra à clore le récit, et quel résultat incroyable ! La profondeur de l'histoire est abyssale : guerres sanglantes, chocs ethniques, menaces écologiques, dérives de la science... Une myriade de personnages viennent colorer l'histoire, et force est de reconnaître que l'ensemble se tient malgré les multiples enjeux et la densité de l'ouvrage.

Difficile de parler du manga sans évoquer le film d'animation. Déception de la part de Miyazaki, l'adaptation ampute le manga d'une partie de son histoire. Le film éclipse notamment l'empire Dork, réduisant le scénario à une invasion des Tolmèques dans la Vallée du Vent. Exit les habitants de la forêt, le royaume Dork et ses personnages. Exit la ville sainte de Shuwa, son cimetière et son jardin, ses gardiens... Autre souci, certains personnages ont été simplifiés. Kushana aboie ses ordres dans le film alors que c'est un personnage torturé, déchiré par ses conflits familiaux dans le manga. Enfin Nausicaä est plus qu'une simple héroïne sur le format papier, elle est une figure symbolique, douée d'une empathie et d'une sagesse hors du commun. Bref, à l'instar d'Akira le film est très bon, mais le manga est d'une autre envergure.

Nos vies sont comme le vent, ou les sons...
Nous naissons, résonnons avec ce qui nous entoure...
Puis disparaissons.

(Mars 2017)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 196 fois
1 apprécie

Adagio a ajouté ce manga à 2 listes Nausicaä de la vallée du vent

  • Bd
    Cover Carnets

    Carnets

    En couverture, Blacksad, dans le premier volume de la série (Quelque Part entre les Ombres), ruminant ses pensées : « Parfois,...

  • Bd
    Cover Post-apo

    Post-apo

    Liste classique sur le genre post-apocalyptique en bande dessinée (franco-belge, comic américain ou manga). Une petite précision...

Autres actions de Adagio Nausicaä de la vallée du vent