Voici un beau livre. Pas un grand livre sans doute, parce que la part de fantastique qui vient se loger - assez inutilement à mon avis - est faible, voire légèrement ridicule, par rapport au cœur du récit, cette histoire terriblement juste, poignante même d'intégration (ou non...) d'une famille anglaise dans une Italie à la fois idyllique et terriblement rétrograde. Un beau livre grâce à la parfaite réussite du dessin - élégant, évocateur, dynamique, même si la représentation des personnages est parfois flottante - et surtout des couleurs, qui arrivent à nous faire respirer les parfums de cet éternel été italien, et les effluves de l'innocence enfantine qui disparaît peu à peu face aux aléas de l'existence "adulte". Ajoutons que notre plaisir tient beaucoup au rythme indolent et très bien mesuré de la narration, qui ajoute beaucoup de substance, de poids même, aux moindres incidents, anodins ou dramatiques de "Où le Regard ne Porte Pas..." [Critique écrite en 2016]

EricDebarnot
8
Écrit par

Le 24 janvier 2016

4 j'aime

Où le regard ne porte pas..., tome 1
EricDebarnot
8

Pas un GRAND livre, mais un beau livre...

Voici un beau livre. Pas un grand livre sans doute, parce que la part de fantastique qui vient se loger - assez inutilement à mon avis - est faible, voire légèrement ridicule, par rapport au cœur du...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

Où le regard ne porte pas..., tome 1
Hecilias
9

"Bien sur que tu t'en souviens..."

S'il est des œuvres qui sont capables de vous transporter émotionnellement, de vous faire voyager et de vous faire réfléchir, "Où le regard ne porte pas" en fait certainement partie. Cette histoire...

Lire la critique

il y a 12 ans

3 j'aime

Où le regard ne porte pas..., tome 1
sulli
7

Une ambiance estivale qui rechauffe le corps

Barellito est une île italienne où le soleil est de plomb et l'ambiance estivale de bord de mer vous réchauffe le corps. Mais tout n'est pas rose sur ce caillou où les insulaires sont bien moins...

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 6 ans

194 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

179 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a 2 ans

162 j'aime

22