Avis sur

Paroles de poilus, intégrale par mavhoc

Avatar mavhoc
Critique publiée par le

Après le roman et le roman illustré voilà la BD, Paroles de Poilus espère ainsi toucher un public plus vaste ce qui est en parti le cas. L'ouvrage contient de nombreux bons points, mais d'autres bien moins agréables. Il faut dire que par la forme même qui lui est donné, faire une review dessus est des plus rapide. Globalement, qu'est ce qui est bien ? Les lettres tout simplement, l'adaptation, le fait de nous faire revivre ces heures sombres de l'Histoire, de nous rappeler de ne jamais oublier ce que l'homme peut faire, de ne jamais penser que la guerre peut être autre chose que la laideur incarnée. Là-dessus c'est bien, c'est touchant à plus d'un endroit et bien souvent l'adaptation au neuvième art ne fait qu'aider l'empathie que nous ressentons, ajoutant une note encore plus sinistres à ces lettres.
Pourtant, si cette qualité est énorme et qu'à elle seule, elle vaudrait 10, de nombreuses erreurs font perdre 4 points à l'ouvrage. Déjà, je tiens à préciser que je ne compte pas le côté "vache à lait" qui pourtant se fait bien sentir. Je reproche cependant la non-relecture de l'ouvrage, non pas sur les fautes des lettres, qui montrent la sincérité de la chose, mais sur les informations mises par les créateurs du tome. En effet, on a le droit à une lettre écrit le 22 août 1914 qui raconte des évènements qui ont eu lieu le 25 août 1914 ... (En réalité c'est que le premier acte de la lettre a lieu justement le 22 août), erreur, étourderie, faute grave, chacun jugera ... Mais ce genre de faute, je trouve ça quand même moyen.
Le "Rêve de Pétain" est risible, ridicule et tout simplement à jeter ! Il s'agit d'une fiction d'ouverture et de fermeture du tome qui a pour but de justifier l'existence de ces lettres en imaginant que Pétain cherche parmi elles des symboles de poilus courageux, afin d'en faire les héros de la république. Déjà la vision du personnage est anachronique puisqu'on nous le présente comme étant surtout fait de "haine" et de "mépris", certes, l'Histoire nous a montré qu'on ne pouvait se fier à lui, mais durant la 1ère Guerre Mondiale, il semble plutôt avoir été du côté de ses soldats et non de la hiérarchie ... Et puis franchement, c'est tellement caricaturale, tellement WTF, loin de justifier ce tome ça inverse la notion de logique. Pourquoi ? Parce que ces lettres montrent la réalité de la première guerre mondiale et non la vision idéalisé du soldat que Pétain aurait aimé créer ... Du coup, on se demande qui sont les abrutis qui amènent de telles lettres ... On a voulu faire genre "hey, on a une trop bonne idée" et là on nous sert de la soupe populaire médiocre au possible.
Les adaptations par contre, si elles souvent touchantes, ont un gros soucis : aucune cohérence ! Je ne parle pas bien sur d'unifier les styles, loin de là, mais les récits vont être plus ou moins iconiques, plus ou moins scénarisé sans lien avec les histoires précédentes ou futures. Il n'y a pas de vision d'ensemble de la BD, il n'y a pas un seul regard qui permet d'unifier le tout et de le rendre plus cohérent pour faciliter la lecture et l'immersion, non. De manière aléatoire les auteurs se succède, et si chacun, pris individuellement, a beaucoup de talent, tous réunis, on a l'impression de boire un étrange cocktail ou les ingrédients n'ont pas été bien dosés.

Finalement, ce sont les poilus qui sauvent les erreurs des éditeurs, qui partent surement d'une bonne intention, mais au final, gâche totalement ce qui devait être fait.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 400 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de mavhoc Paroles de poilus, intégrale