L'impression d'avoir vécu.

Avis sur Quartier lointain : L’Intégrale

Avatar Kalis
Critique publiée par le

Quartier Lointain est un manga dessiné par Jirô Taniguchi en 2002.

L’œuvre nous conte les périples d'un père de famille de 48 ans, Hiroshi Nakahara, mystérieusement envoyé dans le passé pour se retrouver dans la peau du gamin qu'il était à ses 14 ans. Catapulté en pleine adolescence avec ses souvenirs intacts, le héros est confronté au fantasme du voyage dans le temps. Connaissant le fil des évènements à venir, Hiroshi tente d'abord d'influer sur le cours de l'histoire, de découvrir les secrets qui lui avait échappés jusqu'alors, notamment les explications sur la disparition de son père.

Puis le récit évolue, il ne s'agit plus simplement de profiter de cette relecture du passé pour enrichir le présent, celui d'adulte et de patriarche, mais plutôt d'élargir son champ des possibles. Enivré par le sentiment de contrôle sur l'univers qui l'entoure, le héros se met à douter, doit-il encore espérer un retour à sa vie d'origine ? Confus, Hiroshi hésite à la frontière des mondes. D'un côté un nouveau commencement où tout lui réussit, et où sa relation avec la jeune Tomoko exhale le parfum d'un avenir différent. De l'autre la hantise d'un père disparu qui le ramène immanquablement sur sa ligne temporelle.

Levant petit à petit le voile sur son passé et sa famille, Hiroshi poursuit sa quête initiatique. Le regard qu'il finit par porter sur le monde est d'une maturité vertigineuse. La prise de conscience qui en découle nous impacte avec une telle violence que le retour à la réalité est très rude, gage de la richesse de l'oeuvre. Visuellement, Quartier Lointain est superbement illustré. Les détails des cadres sont presque photographiques et le rythme dans l'alternance des vignettes est effréné. Je pense notamment à certaines séquences où Hiroshi est assailli de doutes en présence de ses amis ou de sa famille, des instants de flottement où l'action se poursuit en dépit du héros qui plonge en pleine introspection.

J'ai achevé l'histoire sur une impression étrange, comme un brin de mélancolie. Le réalisateur Jaco Van Dormael exprimait à propos de Quartier Lointain :

Comme rarement en bande dessinée, Quartier Lointain est une expérience de vie. Taniguchi nous ouvre les portes du Japon d'après-guerre et moderne, il nous livre une enfance que nous n'avons pas vécue et dont pourtant il nous rend nostalgique. Il nous donne la plus belle impression qu'on puisse connaître en lisant : celle d'avoir vécu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2602 fois
32 apprécient

Kalis a ajouté ce manga à 1 liste Quartier lointain : L’Intégrale

  • Bd
    Cover La crème du manga (seinen)

    La crème du manga (seinen)

    Voici une liste qui recense le meilleur de ce que j'ai lu en matière de manga (du genre seinen) Les titres choisis se focalisent...

Autres actions de Kalis Quartier lointain : L’Intégrale