Avis sur

Sweet Tooth, tome 1

Avatar jerome60
Critique publiée par le

Depuis sept ans la terre est ravagée par un virus inconnu ayant fait disparaitre la quasi-totalité de la population. Les enfants nés après le début de l’épidémie semblent immunisés. Ce sont des enfants hybrides, mi-humains, mi-animaux. Gus est l’un d’eux. Enfant cerf, il n’a jamais quitté les bois. Son père le lui a toujours interdit car, « en dehors des bois, il y a le feu et l’enfer ». A la mort de ce dernier Gus est capturé par des chasseurs. Secouru par le mystérieux Jepperd, il se résigne à désobéir aux recommandations paternelles et à suivre son sauveur jusqu’à la réserve, un endroit où, théoriquement, il sera en sécurité.

Je retrouve dans cette série des thèmes récurrents chez l’auteur de Jack Joseph, à savoir le difficile rapport au père, la religion, la construction de l’identité, le sentiment d’abandon lié à la perte d’un proche, la violence et même le hockey sur glace. La dimension post apocalyptique est ici un prétexte pour aborder la question de la culpabilité, du passage de l’innocence à « l’expérience », de l’ignorance à la prise de conscience. Jepperd est le guide de Gus, son protecteur, celui sans lequel le garçon ne pourrait affronter le monde des hommes et leur méchanceté primaire. Mais ce n’est évidemment pas si simple. Chaque épisode de la série (il y en a onze dans ce premier tome) pousse plus loin l’ambivalence des rapports humains et souligne l’ampleur des désillusions, même si une infime trace de lumière continue de vaciller dans les ténèbres sans jamais s’éteindre totalement.

Graphiquement c’est brut de décoffrage, le trait est aiguisé comme une lame et le cadrage sans faille tient le lecteur en haleine, jouant sur l’alternance entre des séquences pied au plancher et d’autres presque contemplatives. Et j’aime toujours autant cette représentation de la violence sans complaisance ni esthétisation excessive qui est un peu la marque de fabrique du dessinateur.

Il y a quelque chose de poignant et d’unique dans ce récit au départ des plus classiques. Lemire s’empare du sujet avec une maîtrise, une puissance et un angle d’attaque qui lui donne une véritable originalité. Un tour de force absolument épatant qui m’a laissé pantelant au moment de tourner la dernière page.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 126 fois
2 apprécient

Autres actions de jerome60 Sweet Tooth, tome 1