Avis sur

Tales of Symphonia par Underwriter

Avatar Underwriter
Critique publiée par le

Tiens tiens tiens, mais qui voilà en manga ? Je vous le donne en mille : « Tales of Symphonia » ! Quoi, ça ne vous dis rien ? Allons... un RPG qui a fait parler de lui lors de sa sortie sur Gamecube... Ah ! Je savais bien que ça vous dirais quelque chose... Mais de vous à moi, qu'est-ce que ça vaut en manga ? Et bien voyons voir ça...

L'histoire :

Rien ne va plus à Sylvarant. La source de toute vie, le « Mana », est en train de se tarir irrémédiablement, entraînant de fait la décadence du monde et des êtres qui y habitent. Heureusement, les anciens semblent avoir mis au point une sorte de protocole permettant d'enclencher la régénération du monde, qui ne peut être obtenue que par l'Elu, être choisis par tous comme étant la seule personne capable de réveiller la Déesse Martel. Cette dernière, selon la légende, est censé ré-alimenter le monde en « mana » au moment de son déclin, et chasser les Désians, des demi-elfes prétentieux réduisant en esclavage tous les humains qui leurs tombent sous la main.

Lloyd, un jeune garçon attiré par l'aventure, va se joindre à son amie d'enfance, Colette, qui a été désignée élue de la régénération, ainsi que de Génis et de Raine. Ils sont rejoint dans leur périple par un certain Kratos, un mercenaire peu amène, qui semble en savoir long sur le mythe de l'élu. Mais les épreuves ne vont pas se passer comme prévues. Rapidement, les Désians débarquent et commencent à s'attaquer au village, accusant Loyd d'être responsable de cette expédition punitive...

En Gros :

Enfin une bonne adaptation de jeu vidéo en manga ! L'événement est assez rare pour que l'on en parle ! L'histoire de « Tales of Symphonia », très fidèle au jeu original, se permet cependant de jouer de l'ellipse sur des scènes d'actions inutiles et consacre une bonne partie au développement des personnages et de leur psychologie. Le récit en devient intéressant et distrayant, contrairement à nombre d'adaptations du même genre.

Si l'on doit le design du jeu à Fujishima ( Auteur de « Ah ! My Goddess ! », aux éditions Pika ), Hitoshi Ichimura a très bien su reprendre le trait pour le rendre aussi vivant que son créateur. Propre, léché, mais aussi vif et souple à la fois, « Tales of Symphonia » est un titre sympathique en cinq tomes, mais pas incontournable, qui ravira cependant les fans du jeu vidéo. Et c'est une bonne occasion pour ceux qui ne le connaissent pas encore pour se plonger dans ce récit épique et très prenant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 378 fois
2 apprécient

Autres actions de Underwriter Tales of Symphonia