De Tintin en général...

Avis sur Tintin au Congo - Les Aventures de Tintin, tome 2

Avatar Sejy
Critique publiée par le

Cultissime mille sabords ! Mais entre Tintin et moi, c'est bien plus qu'une histoire de culte. J'ai de l'amour pour ce compagnon fidèle de mes jeunes années. À la simple évocation de cette syllabe répétée, c'est tout un univers tendrement enfoui qui émerge et me ramène immédiatement sur la terre sacrée de mon enfance révolue.

Tintin a toujours été là pour moi. Quand la soif de nouveaux horizons et d'aventure ou le besoin d'évasion du quotidien se faisaient si pressants. J'ai fantasmé le monde et la vie à travers ses péripéties. Je les ai un peu appris aussi. La mythique ligne claire de Hergé, cristalline, précise et riche m'a si souvent transporté et ses scénarios haletants furent tant de tremplins pour mon imaginaire de gosse. On peut évidemment reprocher au petit reporter son cruel manque de charisme et de relief, il me semble pourtant que c'est son point fort. Tout le monde a pu ainsi s'identifier, se projeter d'autant plus facilement dans le héros universel et intemporel, se sentir Tintin l'espace de quelques tribulations. On a également le droit d'être agacé par ce côté manichéen, cet esprit scout toujours ou cette moralité bien propre. Un aspect de caractère qui exalte pourtant une pléiade de personnages secondaires truculents pleins de petits défauts et d'aspérités. Tintin ce n'est pas que Tintin, c'est un équilibre, un tout. C'est lui et tous les autres.

Tintin a suscité les décryptages et les interprétations les plus diverses. On prête même à son papa des velléités xénophobes exprimées dans certains albums. Le débat fait rage et chacun campe sur ses arguments. Je ne prends pas parti. Je ne me prononce que sur l'œuvre et pas sur l'homme. Cependant, j'ouvre une petite parenthèse : j'ai du mal à comprendre ceux qui jugent les éléments du passé avec les yeux du présent, sans essayer de replacer leur vision dans le contexte géopolitique de la genèse de l'oeuvre. Quant à modifier ou interdire les opus qui achoppent, cela n'effacera pas l'Histoire. Il me parait tellement plus judicieux de conserver ce qui choque comme le témoignage d'une époque et de sa pensée et d'expliquer au lieu de censurer.

Mais tout ce ramdam, au fond, je m'en fous. Pour moi il ne reste que des voyages exotiques, l'émerveillement de décors lunaires ou de fonds sous-marins, la passion pour les mystères et les complots, l'exaltation de chasses au trésor ou d'explorations sublimes, et beaucoup de fous rires. Je n'oublierai jamais ce passage ou Haddock se prend dans la poire un Yéti effrayé et lancé à deux cents à l'heure ; sur le cul après un magnifique salto arrière il s'écriait, hébété : « une bombe atomique ! Une bombe atomique ! ». Ou le pétage de plombs d'un Tryphon d'habitude si réservé : « Ah, je fais le zouave ! ». Et puis j'en ai appris des choses sur l'Histoire, la Géographie ou l'Art ! Le capitaine, lui-même, dans l'infinie bonté de ses emportements a enrichi mon vocabulaire d'étonnants psychopompe, doryphore, nyctalope, brontosaure, macrocéphales, zigomar, sapajou... J'avoue que les aventures de Tintin ont perdu un peu de la magie de l'époque, mais quand de temps en temps je relis un tome, c'est avec un réel plaisir et un délicieux picotement de nostalgie. Tous ces albums précieux sont de savoureuses madeleines...

« Longtemps, je me suis couché de bonne heure... Et sous la couverture, avec une lampe de poche, je lisais mes Tintin en cachette. » (Mes excuses à M. Proust pour l'emprunt de son incipit).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 269 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Sejy Tintin au Congo - Les Aventures de Tintin, tome 2