Bons baisers d'URSS

Avis sur Tintin au pays des Soviets - Les Aventures de...

Avatar Portailleur
Critique publiée par le

La bande dessinée franco-belge a toujours eu, à mes yeux d'ignoble inculte, une frivolité qui concurrençait mal son adversaire nippon, s'élevant toujours plus haut depuis trois décennies. De plus, ces petits guignols qu'étaient les auteurs de bande dessinée n'étaient que des écrivains ratés : ils comblèrent leur médiocrité dans l'art de décrire par un dessin qui satisferait les plus ahuris des lecteurs, incapables d'apprécier les plus grands auteurs de notre littérature.

Que Dieu me pardonne ma bêtise, et que l'abbé Norbert Wallez, malgré ses opinions douteuses, m'aide à y voir plus clair, en poussant Hergé à lancer son opus magnum. Documenté selon les opinions de son homme d'église favori et n'ayant jamais mis les pieds dans le plus grand pays du globe, l'auteur va commencer les aventures du journaliste à la houpette, et immédiatement mystifier des centaines de jeunes et de moins jeunes dans ses histoires rocambolesques.

Incohérentes, invraisemblables, les péripéties de Tintin s'enchaînent à un rythme qui colle l'album entre les mains d'un lecteur qui, si il est normalement constitué, retombera immédiatement en enfance, pour le plus grand plaisir des deux partis : lecteur et auteur. On donnerait le bon Dieu sans confession à Hergé, grand enfant naïf et maladroit dans ses dénonciations, mais qui sait toucher là où le narrataire cache la même innocence que l'auteur assume. Heureusement d'ailleurs, sinon il n'y aurait pas grand-chose pour cet album.

L'autre point sensible que touche cette bande dessinée est celui de nos yeux. On peut regretter que ce cher Tintin, qui peut abriter autant d'objets dans ses poches qu'il y a de gags dans cette BD, n'ait pas un onguent pour sauver les rétines du lecteur qui va peu à peu perdre la vue en décryptant ces traits, prémices à la beauté des albums suivants mais manquant cruellement de finesse et d'esprit, comme Hergé croyant tout les racontars qui se propagent dans les milieux conservateurs face aux profonds chamboulements sociaux que vont créer l'URSS, dont la réalité ne sera parfois pas si éloigné de la vision que se fait le visionnaire Hergé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 246 fois
1 apprécie

Autres actions de Portailleur Tintin au pays des Soviets - Les Aventures de Tintin, tome 1