Quoi ma goule, qu'est ce qu'elle a ma goule ?

Avis sur Tokyo Ghoul

Avatar Mawelle
Critique publiée par le

Je viens de terminer la lecture de ma première saga manga. Pendant longtemps je n'ai lu que des albums et quelques comics parce que pour moi la culture manga c'était beaucoup de dessins du type Naruto, Dragonball et autres séries à l'eau de rose franchement nunuches qui ne me faisaient pas envie. Je commence donc cet article par un mea culpa magistral, puisque c'est exactement comme si j'avais décidé de ne plus lire de bandes dessinées parce que je n'aime pas le dessin de Tardi ou Pétillon. Voilà, c'est tout aussi absurde. Heureusement, rencontres et conseils de lecture dignes de confiance étant les meilleurs moyens de provoquer de belles découvertes, j'ai commencé à suivre les aventures de ce héros au coeur tendre (ou pas), personnage tout de suite très attachant tout comme les autres personnages de cette saga.

Du côté des dessins, autant vous dire qu'avec mes stéréotypes "manga = dessins épais et combats permanents + dialogues simplistes" je me suis pris la dérouillée du siècle. J'ai honte. Quand je vois les décors, les détails, l'expression des visages, les textes poétiques et références littéraires planquées ça et là, j'ai honte. Le choix des plans et du découpage de l'histoire est vraiment au point.

Du côté du scénario, en ces temps troublés ou nous sommes envahis de vampires l'idée de la goule c'est riche, ça change. J'ai pu garder un pied dans le fantastique en découvrant une créature relativement peu exploitée sur le devant de la scène c'est plutôt rafraîchissant (perso, la seule goule côtoyée dans la littérature, elle vivait dans un premier et portait un pyjama...passons). Ce statut de créature traquée pose forcément la question de la différence, la tolérance, le sens du devoir et la solidarité. Finalement une histoire assez riche. Le seul bémol pour moi c'est que dans cette saga de 14 tomes, il y a une petite retombée de mon intérêt autour des tomes 9 et 10 parce que j'avais un peu l'impression de perdre de vue l'intrigue initiale. Après un petit pédalage dans la semoule à ce moment là, on retrouve le dynamisme et un suspens qui remonte crescendo jusqu'à la fin (magistrale, soit dit en passant).

Dernier point super positif à mettre en avant selon moi, c'est que l'auteur ne choisit pas la facilité du conflit binaire où il y a d'un côté les bourreaux et de l'autre les victimes, ce qui aurait été tentant. L'intérêt du lecteur va l'ensemble des personnages, avec forcément des coups de coeur ou des identifications qui lui sont propres, mais toujours une volonté de mettre tout le monde sur un pied d'égalité où la seule chose qui les (/nous) différencie les uns des autres c'est la cause qu'ils choisissent de défendre pour des raisons personnelles souvent basées sur le passé, l'histoire familiale, etc...on rejoint l'idée que l'enfer peut être pavé de bonnes intentions.

Plus qu'à découvrir le cycle suivant ! =) En tout cas si comme moi vous êtes à l'heure actuelle des sceptiques de base en matière de manga comme j'ai pu l'être, vous pouvez vous laisser tenter.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 547 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Mawelle Tokyo Ghoul