👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce 8e tome franco-français de Lucky Luke illustre parfaitement les problèmes que rencontrent aujourd'hui certaines BD populaires. Sur le papier, ce tome n'est pas mauvais : c'est bien dessiné, les personnages sont toujours les mêmes, et le tout reste fidèle à l'esprit de Morris et Goscinny.

Mais Un cow-boy à Paris a deux gros soucis.

Le premier, c'est son scénario inexistant. L'histoire pourrait se résumer à : Lucky Luke s'occupe de protéger la statue de la Liberté et fait un aller-retour entre les USA et la France. Le récit manque de rythme, il n'y a pas de moment fort, de véritable enjeu. L'ensemble est plat, anodin. Les personnages introduits sont peu intéressants, et il n'y a pas de méchant convaincant (ce qui était souvent le point fort dans les meilleurs Lucky Luke).

Quant à l'humour, c'est l'autre gros défaut de cette BD...

Ça commence à m'agacer, ces BD comme celle-là ou les derniers Astérix qui font sans arrêt des références au monde actuel pour essayer de faire rire. Drôle de conception de l'humour, sans compter que c'est particulièrement déplacé vu qu'on est dans des BD se situant à des époques plus ou moins lointaines.

Dans Un cow-boy à Paris, j'ai relevé pas mal de références que visiblement les auteurs tenaient à tout prix à placer, même si généralement ça ne fait absolument pas avancer l'histoire. On a ainsi des références anachroniques :
- aux attentats,
- à Cinquante nuances de Grey,
- à Donald Trump,
- à La Reine des neiges,
- au capitaine Haddock,
- au 6 juin 1944,
- au Petit Journal,
- aux JO de 2024.

Sans compter les blagues sur les Belges dès qu'ils arrivent en France, ou des trucs très clichés comme le camembert, les grèves de la SNCF (fallait pas prendre le train, Lucky Luke !), ou le passage obligé de la visite de Paris. Il y a également un petit caméo de Victor Hugo totalement inutile, puisqu'il prononce 2 phrases et ne sert à rien dans l'histoire.

Je ne pense pas que ce soit ce genre d'humour que véhiculaient les premiers Lucky Luke. Les gags se construisent sur l'histoire, alors qu'ici on a l'impression que c'est l'inverse. Cela ne fait que polluer le récit, et ce n'est généralement pas drôle.

Un bon Lucky Luke est capable d'allier une bonne histoire avec de l'humour, des rebondissements et des personnages hauts en couleur.
Il y a de tout ici. Mais rien de cela.

Zero70
5
Écrit par

il y a 3 ans

9 j'aime

4 commentaires

L'Étau de Munich
Zero70
6

« Hitler est un gentleman » (Neville Chamberlain)

Un film qui traite des accords de Munich, c’est quelque chose de vraiment inédit. Le sujet ne doit parler à quasiment personne, et même parmi ceux qui connaissent, cela ne signifie pas qu’ils ont une...

Lire la critique

il y a 5 mois

20 j'aime

Apocalypse : la guerre des mondes 1945-1991
Zero70
4

Partial et déséquilibré

30 ans après la chute du mur de Berlin, Isabelle Clarke et Daniel Costelle diffusent sur France 2 ce qu'on peut appeler leur nouvelle saison d'Apocalypse. Alors que jusque-là la série s'était...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime