La voie du guerrier

Avis sur Vinland Saga

Avatar Marion Akita
Critique publiée par le

"Qu'est-ce qu'un vrai guerrier viking ?"
Automatiquement, vous aurez l'image du guerrier sanguinaire qui ne cherche qu'à s'illustrer sur le champs de bataille pour pouvoir festoyer au Valhalla puis se battre aux côtés d'Odin lors du Ragnarök.

Heureusement, Vinland Saga est là pour bouleverser cette vision étriquée du guerrier, pour ainsi introduire des questions beaucoup plus philosophiques et même un certain pacifisme. Le tout dans un contexte historique assez bien respecté ! C'est du lourd !

Vinland c'est beau. Le coup de crayon de Yukimura-san est excellent. On sent une petite faiblesse dans les premiers chapitres, puis sa mine s'aiguise au fil des volumes. Son dessin est très réaliste et détaillé, donnant un charme similaire à celui des anciennes gravures présentes dans les livres d'histoire. Yukimura-san n'excelle pas à la coloration, mais ses planches en noir et blanc sont divines. Les scènes sont dynamiques et s'enchaînent de façon harmonieuse. Les mouvements sont assez originaux graphiquement mais très fluides.
J'aime particulièrement les profondeur des expressions visuelles données aux personnages. L'auteur accorde un grand soin à ce détail afin de nous partager au mieux les émotions qu'ils dégagent : étonnement, haine, peur, soulagement ...
J'ai lu à plusieurs reprises des personnes disant que le manga n'est pas assez violent, souvent en comparaison à Berserk. Seulement, Vinland est un manga qui se veut très réaliste. Il dresse avec justesse le portrait de la société humaine de l'époque. La violence est présente, mais ne se veut pas aussi horrifiante que dans un manga fantastique comme Berserk.

La tournure de l'histoire ressemble d'abord à un shônen. Illustre guerrier déserteur, le père du jeune Thorfinn est assassiné sous ses yeux par un mercenaire et sa troupe. Aveuglé par la haine, son seul désir est de devenir assez fort pour assouvir sa vengeance et tuer l'assassin de son père. Parallèlement, on est en plein cœur des conflits politiques de l'époque, vaquant entre conquêtes et jeux de pouvoir.

C'est après son premier arc que le manga nous offre une grande remise en question, notamment sur les dégâts collatéraux de la guerre, la violence, la compassion, la vengeance et la haine. On a là un vrai seinen qui traite avec profondeur la nature primitive de l'être humain. Le manga, tout comme son protagoniste, prend soudain en maturité.

C'est une oeuvre excellente mais qui a le défaut de ne pas être forcément très accessible. Pour moi, ce manga dégage une grande sensibilité et beaucoup de subtilité dans son propos, qui, si elles ne sont pas saisies, le rendraient presque ennuyeux. L'évolution psychologique des personnages, la conséquence de leurs actes, les relations humaines et la rédemption sont le point central de Vinland Saga.

Le premier arc constitue aussi un défaut majeur de la saga, il est assez inégal concernant le dessin au début et il est clairement là pour poser les bases historiques et présenter les personnages. Arrivé à la fin de cet arc, on ne sait pas tellement où cela va nous mener. Mais c'est une bonne chose, car Vinland s'offre une nouvelle perspective et une évolution fulgurante à partir du deuxième arc !

Malgré les drames subis par les personnages, l'auteur souligne le positif et la force que peuvent en tirer les victimes. Les relations bourreau/victime et parent/enfant sont abordées de façon assez originales. Celle que je préfère est clairement celle entre Askeladd et Thorfinn. Deux personnages que tout oppose et pourtant ils entretiennent la relation la plus forte de la série. Je ne peux pas développer plus sous peine de spoiler, j'en parlerai donc dans la suite de ma critique. Sans Askeladd, Thorfinn n'aurait probablement pas développé le meilleur de lui même.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 125 fois
2 apprécient

Autres actions de Marion Akita Vinland Saga