Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Minuit moins cinq

Avis sur Watchmen

Avatar Arkeniax
Critique publiée par le

Je vous préviens d'avance, cette critique n'a aucun intérêt.
Non mais vraiment, aucun intérêt, vous dis-je !

Hein, quoi ? Pourquoi cette critique n'a aucun intérêt ?
Bah parce que c'est la critique de Watchmen, Watchmen ! Juste l'un des comics les plus populaires, et un chef-d’œuvre de la bande dessinée !
Qu'est-ce que vous vous imaginez que je pourrais dire ? Tout a déjà été dis !
En fait la seule raison pour laquelle je fait cette critique, c'est que je viens tout récemment d'acheter et de lire le comics, et je me sens obligé d’écrire quelques lignes sur le pavé.

Pavé, tiens, le mot est plutôt approprié, puisque c'est le genre de poids que les gens se passent autour du coup avant de se jeter depuis un pont tandis que se prépare la guerre atomique, l'holocauste nucléaire déclenché par l’éternelle opposition entre les hommes; car en cette triste année de 1985, la Guerre Froide en est à son paroxysme, la seule chose pouvant encore empêcher le massacre fratricide, c'est le docteur Manhattan, sur-homme omnipotent et omniscient qui garantit par sa seule existence une paix bancale entre les peuples, seulement; le demi-dieu est las et perd toute humanité, qu'arrivera-t-il, le jour où il se lassera définitivement des humains ?

Plus qu'un comics de super-héros, j'ai vraiment eu l'impression que Watchmen était un comics sur la Vie, ou plus exactement sur le sens de la vie dans un contexte d'apocalypse imminente.
Içi, les super-héros sont des êtres humains comme les autres, avec leurs propres problèmes, complexes, leur propre philosophie et leur propre vision du monde; si certains d'entre eux, comme Hibou ou Spectre Soyeux, plient l’échine devant leur impuissance, d'autres, tels Rorschach le Comedien, luttent encore pour défendre leur vision de la justice, contre vents et marées, mais aucun de ces prétendus "héros" n'a réellement sa place dans la catastrophe à venir.
Le seul qui pourrait tout changer, c'est Manhattan, quasiment un dieu, tout-puissant et sans limites, mais qui ne croit plus en l'humanité et doute sans cesse de son propre rôle dans le cycle humain.
Ozymandias est un cas à part, car lui sait qu'il ne peut rien changer, mais va quand même tenter de forcer le monde à tourner dans le sens qu'il souhaite, usant volontiers du meurtre et du mensonge pour bâtir la plus grande farce de l'Histoire.

La Farce, un autre grand thème de Watchmen. Chaque protagoniste a, selon son histoire, été le protagoniste d'une blague salace, dont il attend encore la chute : Manhattan est devenu un sur-homme par un stupide concours de circonstances, Laurie est le fruit de l'union d'un "justicier" violent, cynique et violeur et de sa victime, Rorschach est le seul justicier encore actif après l'interdiction des super-héros par le gouvernement malgré sa folie et sa consciente impuissante face au crime; et bien sur, le Comédien est le grand acteur de la blague, celui qui pense que le monde n'est qu'une farce, mais dévoilera à la fin de sa vie qu'il est en fait totalement dépassé par le monde, pleurant devant l'absurdité de sa propre existence.
Ils sont tous au centre de la plus grande farce du mode : L'homme et ses travers.

Car pour papy Moore, l'homme est tout sauf une espèce attachante, il s'amuse donc à déconstruire tout ses torts et à en faire la lie de ses personnages, abreuvés par la malveillance du monde
Au travers de Watchmen, Alan Moore aborde un grand nombre de thèmes, comme la prostitution, l'homosexualité, la religion, la guerre, et bien sur, la place du super-héros dans notre société, thème devenu omniprésent dans le comics de super-slips moderne. Watchmen s'impose donc comme le précurseur de toute une nouvelle tendance, se permettant une liberté de ton, un pessimisme et une noirceur quasiment jamais égalés dans le domaine de la BD.

Bref, Watchmen est un trésor du neuvième art, de par la complexité de son histoire, ses idées et par sa narration inégalée, et c'est à lire absolument.

Je vous avais bien dis que cette critique servirait à rien, non ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 256 fois
4 apprécient

Arkeniax a ajouté ce comics à 2 listes Watchmen

  • Bd
    Couverture Bilbo le hobbit

    Journal d'un explorateur

    Mon journal personnel de mes lectures et découvertes dans le domaine des comics, par ordre de lecture.

  • Bd
    Cover L'échelle de Barker (édition BD)

    L'échelle de Barker (édition BD)

    De même que l’échelle de Richter est une unité de mesure de la magnitude des secousses sismiques, l'échelle de Barker mesure la...

Autres actions de Arkeniax Watchmen