👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Par leur nationalité, leur ampleur romanesque et les questions politiques qu'ils soulèvent, on serait tenté de comparer 120 battements par minute, le dernier film de Robin Campillo et La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche en raison qu'ils ont incarné une forme voisine d'épiphanie émotionnelle lors de leur projection cannoise respective. Le film de Campillo, en effet, semble prolonger cette tendance des films français « palmable » en adoptant le même régime esthétique (dans une certaine mesure du moins) en s'appuyant sur les codes du mélodrame et en se parant d'une plastique naturaliste qui constituait le cap formel du film de Kechiche.

La comparaison aurait pu se poursuivre ainsi si le cinéaste n'avait pas mis ces deux pôles en opposition – qui débouche sur un relatif déséquilibre de la structure générale du film – là où La Vie d'Adèle ne faisait que les télescoper avec le résultat bouleversant que l'on connait. Pourtant, le film connait un démarrage admirable, notamment dans son premier tiers où est dépeint au travers des longues séquences d'assemblées générales de l'association Act Up Paris le portrait d'une jeunesse militante, animée par une pulsion de vie qui se couple à leur volonté politique. La durée de ces séquences, légitiment longues (excédant parfois les 10-15 minutes) est là pour laisser se déployer la parole militante, la laisser circuler, exprimant les dissensions au sein des membres, les préparatifs et débriefings des actions passées et futures, la communication préventive contre le VIH, la définition de slogans etc.

Hétérotopie
5
Écrit par

il y a 5 ans

16 j'aime

4 commentaires

120 battements par minute
Behind_the_Mask
2

Entends-tu mon pote cette envie de révolte ?

A l'origine, ce modeste billet devait vous causer de Nés en Chine. Devait... Car manque de bol, après une demi-heure de route, j'apprends que l'exploitant du cinéma n'a pas eu la copie du film...

Lire la critique

il y a 4 ans

67 j'aime

50

120 battements par minute
Fritz_Langueur
10

Sean, Nathan, Sophie et les autres...

Qu’il est difficile d’appréhender un avis sur une œuvre dont la fiction se mêle aux souvenirs de mon propre vécu, où une situation, quelques mots ou bien encore des personnages semblent tout droit...

Lire la critique

il y a 5 ans

56 j'aime

10

120 battements par minute
SanFelice
8

"Moi, dans la vie, je suis juste séropo"

D'habitude, j'ai un certain esprit de contrariété. Dès qu'un film fait l'unanimité, je me méfie. D'un certain côté, je préfère de très loin un art qui tranche vivement, qui prend des risques, quitte...

Lire la critique

il y a 4 ans

49 j'aime

Sauvage
Hétérotopie
6
Sauvage

Contre la normalisation

Dans les années 70, alors que bat son plein ce que l’on appelle communément la “Révolution sexuelle”, ont fleuri des revues et des journaux militants homosexuels, transgressifs et provocateurs. À la...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime

Moonlight
Hétérotopie
5
Moonlight

Frustration plastique

Au sortir d'un tel film, difficile de réellement séparer le fond de la forme. Son importance politique n'est pas sauvé par la plastique de l’œuvre, d'une relative médiocrité. Relative car elle a le...

Lire la critique

il y a 5 ans

7 j'aime

La La Land
Hétérotopie
4
La La Land

Un rêve pour d'autres

Une ouverture ensoleillée sentant le goudron à plein nez et passant dûment pour une préface laissait espérer que le film ne tombe jamais. Que, comme ceux d’antan, un bijou révolutionnaire m’emporte,...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime