Avis sur

120 battements par minute par Sébastien Picout

Avatar Sébastien Picout
Critique publiée par le

" (Raclements de gorge ) ... (Claquements des mains pour applaudir) .. "Ah non, ça ne me va pas, ça fait un peu chic ! Ah voilà ! "... (Agitation des mains dans l'air, une manière chez nous, les Sourds, d'applaudir) "Mouais, pas mal, je pourrais faire mieux ... Ah, voilà, j'ai une idée géniale pour ce très beau film ! " ( CLAQUEMENTS FORTS DE DOIGTS !!!! ) non pas seulement parce qu'il y a beaucoup d'émotions face à la maladie du SIDA qui touche les jeunes et qui tuent inexorablement les malades ... Ce n'est pas le film sur le SIDA, sur le parcours des séropositifs qui se soignent, qui essaient de s'en sortir ! Le film "120 battements par minute" nous plonge direct, vraiment, direct à 120 km/seconde, dans le quotidien des combats des militants d'Act-Up en plein début des années 90, qui réfléchissent,échangent sur les stratégies à adopter, decident des opérations "Coup de poing" aux laboratoires, aux conférences et aux écoles, pour secouer la société et déclencher leur prise de conscience face aux dangers du SIDA qui touche tout le monde, faire avancer les recherches, défendre les droits des personnes touchées par le SIDA et surtout pour agir en faveur de la prévention auprès des jeunes .... Ils dégagent aussi leurs sentiments les plus profonds qu'ils ont envie de crier face à l'indifférence injuste de la société ! Les scènes de débat entre les militants d'Act-Up en amphithéâtre, sont tellement vivantes, très animées ! On a l'impression d'être à côté d'eux à les écouter et à réfléchir ! Passionnant ! Voilà, justement, ce film est bouleversant car il se mêle à mes souvenirs à l'époque du début des années 90 où le SIDA faisait fuir tout le monde qui préférait l'ignorer, où il est stigmatisé comme la maladie des homosexuels, où les laboratoires peinent à avancer les recherches et cachent les résultats, où les hommes politiques pensant ne pas être concernés, essaient d'étouffer en disant que l'agence française de lutte contre le SIDA a été créée pour rassurer tout le monde et se déresponsabiliser ..., où la prévention n'avait aucune place en France ! Le SIDA était un tabou, un thème très dérangeant qu'il fallait mieux ignorer ! Justement, ce film me rappelle qu'à cette époque, étant moi même sourd, je ne savais pas du tout sur cette maladie. Dans les années 80, je voyais les titres "SIDA", "SIDA" dans les informations de 20H qui n'étaient pas sous titrées, mon entourage en parler ... je ne les comprenais pas, je savais pas ce que c'était, je voyais seulement l'image d'une boule orange avec des épines, à la TV ! J'ai également vu des militants Act-Up défiler sur les rues, je lisais "Silence = Mort" ... Je ne comprenais pas ce slogan ... Un peu plus tard, je découvre petit à petit avec horreur que le SIDA pouvait toucher tout le monde, même à coté de nous, je me souviens du témoignage accablant des frères hémophiles contaminés par le SIDA ("Le prix du sang" de Stephane Gaudin) ... Je comprends encore mieux la colère du président d'Act-Up lors du Sidaction face au scandale du sang contaminé ! Voilà, bref, il a fallu des années de combat pour que la prévention puisse intervenir auprès de tout le monde : brochures, interventions dans des écoles, distributeurs de préservatifs dans des lycées ... Je n'oublie non plus les actions d'Aides sourd qui alertaient le décalage des personnes sourdes par rapport aux informations, à la prévention qui n'était pas adaptée à leurs besoins ! Bref, le film "120 battements par minute" est aussi une belle histoire d'amour entre Sean, séropositif militant et Nathan epargné de cette maladie, qui est nouveau dans le groupe de militants d'Act-Up ... Le début des années 90 est aussi l'époque où tout le monde s'interroge la liberté sexuelle, l'usage des préservatifs, la responsabilité de chaque personne dans leur relation sexuelle ... Les dernières scènes sont bouleversantes, je préfère ne pas vous raconter ... allez voir ce beau film qui suit le parcours des militants d'Act-Up, des malades sans tomber dans le sordide, ni le pathos ... Très intéressant ! 2h20 passent tellement vite ! Magnifique film ! Très fort message pour nous rappeler que le SIDA continue à faire des ravages, encore maintenant et nous mettre en garde face à la banalisation de ce fléau ! Les jeunes acteurs, Nahuel Perez Biscayart (Sean), Arnaud Valois (Nathan), Adèle Haenel et encore d'autres sont formidables ! Magistraux ! Il y a une magnifique image des poussières qui flottent dans l'air sous les projecteurs, se transformant progressivement en des globules blancs et des virus qui se réunissent et qui se multiplient ! Déjà que le film "120 Battements par minute " a reçu "Grand prix du Festival de Cannes" (Mmmhh, il aurait pu avoir le palme d'or ), il mérite la pluie des récompenses, en particulier des césars 2018 ! Allez le voir ! Wouah ! "

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 196 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Sébastien Picout 120 battements par minute