Avis sur

120 battements par minute par LuluCiné

Avatar LuluCiné
Critique publiée par le

Le silence de la salle est pesant ; les lumières se rallument vite à votre plus grand désarroi ; et on sort en file indienne sans un mot pour finir par craquer en pleine rue.
120 Battements commence comme un documentaire, au départ le rythme surprend. On est presque déstabilisé d’être pris en otage dans une assemblée générale. La vie de l’association Act’up prend alors le champs de vos pensées, un peu comme un nouveau venu, vous prenez part aux opinions de chacun. Les coups de force pour ouvrir les yeux du gouvernement, ou encore pour la transparence pharmaceutique deviennent des enjeux. Si il y a des moments de flottement, comme une maladie qui se symbolise dans la poussière, ou encore des ralentis, ils installent le spectateur dans une attente, une envie de voir les choses bouger ; puis vient la seconde partie. Celle plus intime qui a commencé sur les bancs d’une AG. Celle plus sensuelle des corps dénudés à l’ombre de nos regards déplacés. Celle de la maladie qui s’installe et qui vous maltraite. On sent que le film pourrait glisser par moment dans la larme facile, mais c’est toujours pour mieux renverser la situation. Le scénario parle du Sida, aussi bien du point de vue des militants que du malade. Sans misérabilisme, sans manichéisme, la sexualité comme point de départ d’un plaisir qui conduit à la mort. Soulignant tout autant le besoin de prévenir la jeunesse que d’ouvrir les œillères sur les ravages au sein d’une population mal-aimée (prostituées, junkies, prisonniers ou homosexuels).
Alors oui, aujourd’hui on peut vivre avec le sida ; on a dépassé la chasse aux sorcières des homosexuels et on a largement compris l’utilité de la capote : une génération en a sauvée une autre. C’est peut-être pour cela que le film touche en plein cœur, c’est aussi pour cela qu’il échappera à certains. Le Dallas Buyers Club montrait un des combats aux Etats-Unis, 120 Battements par Minutes un des combats en France. Luttant pour les progrès contre la maladie plus que pour trouver un coupable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
4 apprécient

Autres actions de LuluCiné 120 battements par minute