C’est tellement mieux que Batman v Superman !!!

Avis sur 13 Hours

Avatar Alexandre Gibier Verrier
Critique publiée par le

13 Hours est un bon gros film de guerre, qui revient sur l’attaque de l’ambassade américaine de Benghazi le 11 septembre 2012, lors de laquelle 6 soldats américains se sont battus héroïquement. C’est du Michael Bay, c’est très patriotique, c’est très bourrin, c’est très divertissant, et c’est très très bien foutu.
Le gros point fort de ce film – et surtout pour un film de cette envergure – c’est que les arabes ne sont pas les méchants. Les méchants sont des arabes, mais les gentils aussi sont des arabes, et pis y’a aussi des arabes qu’en ont rien à foutre. Pas de manichéisme à la 24h Chrono, qui reste quand même une de mes séries préférées, mais un film ancré dans la réalité et la complexité des choses. On ne tire plus directement sur les libyens, parce qu’on ne sait pas s’ils sont avec nous ou pas.
Donc malgré le fait que ce soit quand même un poil très con sur les bords, le fond de l’affaire ne l’est certainement pas. Michael Bay fait un film accessible aux pires trouducs, et leur livre en plus d’un gros film bien burné un message intelligent.
Passons ensuite au côté divertissement… Bah ça divertie, qu’est-ce tu veux que je te dise ? C’est Michael Bay, c’est pas Jo le clodo, le mec gère là-dedans. Les plans sont magnifiques, le montage nerveux et ultra-découpé, on ne s’ennuie pas un instant, le son envoie du lourd, les acteurs sont convaincants, y’a un bon gros budget derrière…
En parlant des personnages… Ces six soldats bien burnés n’ont pas tellement de personnalité que ça. C’est des templates de personnage de FPS, des gros clichés ambulants qui suivent pas ordres, qui se battent pour leur pays, qui sont super musclés et beaux gosses, super balèzes, meilleurs de tous… On les a déjà vus dans plein de films. Mais je donne quand même une mention spéciale à celui qui ressemble au Fossoyeur de Films avec des muscles.
La galerie de personnages s’étend aussi à tous les membres de l’ambassade. Le chef incompétent, la femme forte, le traducteur qui n’a jamais tenu une arme de sa vie, d’autres clichés ambulants qui restent néanmoins crédibles. En fait, on ne s’identifie pas tellement aux personnages, mais on devient l’un des personnages.
Comment ? Parce que l’on est trimbalé de partout durant cette bataille de 13 heures, on est en contact ave tout le monde, on voit le temps qui passe grâce aux panneaux textes en bas de l’écran, et c’est du huis-clos. On y est, on voit tout, on sait tout. On est avec les soldats, on est avec les gens qui appellent les renforts, on est avec les gens dans les bases des autres pays qui reçoivent les demandent de renforts, on est avec les renforts… Le film a une crédibilité certaine – renforcée par un générique qui nous explique la situation géopolitique suite à la mort de Khadafie – et on se dit que ça s’est réellement passé comme ça (d’un autre côté, c’est pas forcément faux).
Cette sensation d’immersion se ressent aussi par la mise en scène de Michael Bay. En plus de filmer les gens proches, de tous de angles, dans des coins reclus, il prend le temps (2h24) de bien tout poser, et de foutre le plus de détails possibles. Certains passages pourraient sembler inutiles, mais bien au contraire ils donnent une âme et un cachet au film. Ils le rendent vivant. En plus de ça, ne s’embête pas avec les détails inutiles quand un seul plan lui suffit pour montrer l’état d’esprit d’un personnage. Parce que c’est Michael Bay, il fait peut-être des films que les beaufs aiment – d’ailleurs des blagues beaufs y’en a dans ce film aussi – mais il est pas con, et il sait filmer ses délires pour qu’ils sont intelligents dans leur simplicité. En plus c’est une copine qui aime pas du tout ce genre de film qui me l’a conseillé.
Voilà. Allez voir 13 hours, c’est vachement bien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 361 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Gibier Verrier 13 Hours