Assault

Avis sur 13 Hours

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Deux éléments m'avaient donné envie de voir le film lorsque j'ai appris son existence en cours de pré-prod'. D'abord, la présence de Krasinski au casting : j'avais du mal à imaginer ce type habitué à jouer les mollasson endosser un rôle d'homme viril (et vu que c'est du Bay, avec des punchlines). Ensuite, Bay aux commandes d'un film moins fantastique, voire carrément basé sur un fait réel (pas encore vu "No Pain No Gain" mais j'ai envie de le voir pour cette raison là aussi) ; ce n'est pas sa première fois, mais il a passé tellement de temps sur la saga "Transformers" que ça rend curieux. Un troisième élément est venu s'ajouter : la réception pas trop mauvaise du film (il a quand même une bonne note sur IMDb, même si ce site n'est plus aussi fiable qu'avant). Un quatrième élément, cette vidéo dont je ne me lasserai jamais mais bon, je crois que ça vaut pour tous ses films en fait.

Soit... le film n'est au final pas terrible. Niveau scénario c'est assez pauvre. Il n'y a pas vraiment de structure, les 13 heures, on ne les ressent pas, déjà elles commencent très tardivement dans le film, la première moitié de l'histoire servant principalement à installer le contexte et les personnages. Le contexte ? avait-on vraiment besoin de rappeler ce qu'il se passe en Lybie à ce moment-là ? N'y avait-il pas moyen de faire passer le message pendant le déroulement de l'action, fallait-il vraiment expliquer tout ça avant de lancer la vraie intrigue ? Je ne crois pas... Les personnages ? Ils sont tous américains, veulent se battre pour leur pays, n'en sont pas à leur première mission et ont une famille à la maison. Adopter le point de vue du petit nouveau qui débarque, pourquoi pas, ça permet au spectateur de s'identifier avec un personnage qui découvre lui aussi un lieu, d'autres personnages... sauf qu'en fait ça n'est jamais exploité, le gars a déjà eu des missions similaires et se sent très vite à l'aise au sein du groupe, dans ce QG.

Les conflits, on ne les ressent pas trop non plus. Des petites missions pour commencer, mais tout va vite. Puis après une heure de tergiversions on pense enfin entrer dans le vif du sujet mais Bay oublie de s'attarder sur ses personnages, de les personnifier réellement. Du coup, on assiste simplement à quelques règlement de compte. Quelques difficultés sont montrées, mais on ne ressent pas de personnage essayant de vraiment les déjouer. En gros, les soldats combattent. Alors oui, du fait qu'ils sont soldats, qu'ils tirent, qu'ils défendent leur base, ça fait des conflits, mais très vite on passe à une sorte de mode automatique où on s'en fout un peu de tout. Personnellement, ne connaissant pas l'histoire de base, je me suis demandé s'ils allaient gagner, mais c'est plus dû à ma curiosité qu'à une quelconque tension. La fin apparaît d'ailleurs un peu comme un gros deus ex machina.

La mise en scène n'est pas géniale non plus. Il faut tout de même avouer que Bay sait composer de belles images, des images qui marquent qui plus est ! Grâce à des mouvements, grâce à des compositions, grâce à des symboles, grâce à la musique... Dans tous ses films on trouve des images qui restent gravées. je me souviendrai toute ma vie de "The Rock" par exemple, pourtant je ne l'ai vu qu'une fois.

Le problème, c'est que Bay découpe son action et surtout il monte son film n'importe comment. Parce que bon, le découpage ça passe encore : il surdécoupe, mais ça reste lisible dans 90% des cas. Le problème c'est vraiment le montage où il passe d'un plan d'ensemble à un gros plans un peu n'importe comment. Par exemple les dialogues du début en voiture, c'est atroce à regarder, la plupart des plans sont là pour meubler. En fait, Bay cherche constamment à rythmer son film en étant le plus dynamique possible. C'est bien mais c'est nul. Dans le cas des dialogues c'est très chiant parce que ça les dessert totalement, si bien qu'on finit par s'en outre de ce qu'ils disent. Lors des scènes d'action c'est chiant aussi parce que ça empêche de profiter de certaines bonnes idées visuelles vu que ça bouge tout le temps qu'on passe vite à un autre plan.

Et puis surtout, on a l'impression que Bay essaie de raconter son histoire le plus vite possible. Tout va super vite. Il n'y a que dans la deuxième moitié du film qu'il s'autorise quelques pauses, mais il revient très vite avec son surdécoupage et sa musique. C'est éreintant. Rythmer son film, ça ne veut pas dire garder le même tempo soutenu tout du long, non, au contraire, il faut aussi savoir ralentir pour ensuite reprendre, aller plus vite l'espace d'un instant... tant qu'on reste dans les temps c'est bon.

Quand je pense que ça aurait pu être un bon western ! Un des personnages le dit lui-même on se croirait dans un Alamo contemporain. Sauf que Bay et ses scénaristes se perdent dans des détails inutiles ; il aurait fallu simplifier l'action, commencer directement avec les 13heures et développer les personnages en cours de route. Ç'aurait été simple et bien plus efficace.

Les acteurs font bien le boulot. Finalement, comme on ne s'intéresse à personne en particulier, ben personne n'a vraiment à épater la galerie. Par conséquent la présence de Krasinski ne pose aucun problème. Il prend quand même le temps de lever la chemise afin de montrer qu'il a pris son rôle très au sérieux et est passé par le banc de muscu. Il récite bien ses punchlines ou son humour à la manière d'un gros bras. Je le préférerai toujours en Jim, mais il n'était pas irritant pour autant. Les autres acteurs font bien le boulot aussi. Rien de mémorable mais tout passe bien.

Bref, "13 hours" n'est pas totalement inintéressant, mais le montage, le rythme et le scénario font qu'on s'emmerde gravement durant le film. Dommage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 362 fois
3 apprécient

Autres actions de Fatpooper 13 Hours