Avis sur

2001 : L'Odyssée de l'espace par HarmonySly

Avatar HarmonySly
Critique publiée par le

Impossible d'appliquer un système de notation "standard" à 2001. Entre le 1 et le 10, 8 critères de notation en trop : ce film, on l'aime ou on le déteste, mais comme à l'accoutumée dans la filmographie de Kubrick, il n'y a pas de place pour la demi-mesure ou le compromis ici.
C'est compréhensible : en tant que film, 2001 : l'odyssée de l'espace est chiant. Il n'y a pas d'autre mot, c'est un film long, ennuyeux, parfait pour remplacer le noctran dont a paumé l'ordonnance la semaine dernière. La légende voudrait que ce ne soit pas vraiment un film, mais davantage une expérience, comme aimaient à le décrire les hippies qui en 1968 se tapaient trois séances d'affilées au premier rang, les veines injectées de LSD.
Pourtant il s'agit bien d'un film dont nous parlons ici : un scénario, des acteurs (qui font de la figuration, comme bien souvent chez Kubrick), une mise en scène (parfaite), un réalisateur, un film quoi. Mais pas un banal film pour autant (j'y viens, j'y viens), car 2001 nécessite une implication personnelle assez gigantesque histoire d'être apprécié (ou déprécié) à sa juste valeur. Au premier visionnage, on se demande bien ce qui a pu passer par la tête des trouze mille personnes qui nous l'ont conseillé et qui considèrent ce film comme culte parmi les cultes. L'effet de mode sans doute ? Ironie typiquement post-moderne ? Manque de sommeil et de jugement ?
C'est à ce moment-là que le film fait le tri entre les lovers et les haters. Les haters iront rendre le dvd au Vidéo Futur du coin sans se poser plus de questions, et les potentiels lovers iront un peu plus loin, chercheront la petite bête. Pour ma part, j'ai été chercher la petite bête. Je ne pouvais pas me résoudre à penser que l'instrument d'une telle fascination ne soit finalement qu'un film chiant, long et prétentieux comme 50% de la filmo de Bergman. En cherchant un peu plus loin donc, je suis tombé sur différentes analyses de film soulevant des questions nouvelles (et si le Discovery One était fait le véritable personnage principal du film ?), sur des documents retraçant la genèse du film (Douglas Trumbull et ses effets spéciaux novateurs, le slit-scan, la vidéo-projection sur billes...) expliquant au passage pourquoi ce film âgé de 40 ans vieillit bien mieux que bon nombre de films de science-fiction sortis après lui (un indice : le souci du détail et un bon goût prononcé pour la sobriété, voire l'austérité), sur les bouquins d'Arthur C. Clarke (beaucoup plus équivoques, en bien comme en mal)...
L'évidence se posa alors : 2001 n'est pas un film ou un expérience, c'est une oeuvre tout simplement. Comme un Renoir exposé à Orsay, comme un Zola étudié en Terminale, l'oeuvre ne s'appréhende pas sans son paratexte. En quelque sorte un guide qui exposera le contexte de création de l'oeuvre, ou un professeur qui soulèvera des pistes de lectures ou des symboliques particulières. Le film en lui-même n'est que le matériau principal nécessaire au vagabondage de l'esprit, il n'a de valeur qu'à partir du moment où il est pris dans cette fascination collective, où au même titre qu'un très bon bouquin chacun ira de sa propre interprétation, chacun en parlera avec un passion toute personnelle (ou pas).

Bref le film ne s'envisage pas sans l'aura dont il bénéficie, il ne s'agit pas tant des 139 minutes d'ennui qu'il provoque lors du premier visionnage mais davantage des nombreuses heures que l'on pourra passer ensuite à lire et voir sur le sujet, à en parler, à le revoir encore et encore tel un classique de la littérature... Une véritable oeuvre au sens propre, et un chef-d'oeuvre comme rarement le cinéma aura pu en pondre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 5421 fois
168 apprécient · 13 n'apprécient pas

2001 : L'Odyssée de l'espace est une œuvre produite par Warner Bros©, découvrez la Room 237 de SensCritique.

Room 237

HarmonySly a ajouté ce film à 9 listes 2001 : L'Odyssée de l'espace

Autres actions de HarmonySly 2001 : L'Odyssée de l'espace