Trop aimer un livre vous rend totalement incapable d'apprécier son adaptation cinématographique, a fortiori si celle-ci se contente de respecter prudemment "l'histoire" dont elle s'inspire, et si elle n'est pas alimentée par une vision originale "d'auteur".


Avec ce 1er chapitre de la déclinaison en film du génial manga de Naoki Urasawa, on est d'autant plus consternés qu'à la fidélité littérale à l'histoire foisonnante de "20th Century Boys" s'ajoute un contre-sens absolu dans l'ambiance du film : là où Urasawa nous enchante avec un mélange irrésistible de mélancolie (l'enfance et son imaginaire survolté) et d'abstraction conceptuelle (toutes les strates de mémoire et de temporalité enchevêtrées), Tsutsumi ridiculise ses personnages en injectant une bouffonnerie déplacée, et bâcle de nombreuses scènes à 100 à l'heure, histoire de clairement remplir son "contrat", soit l'adaptation - le doigt sur la couture, aux ordres du studio - millimétrée d'une œuvre qui ne se réduit pourtant pas à son scénario.
[Critique écrite en 2009]

EricDebarnot
5

Le 7 avril 2015

2 j'aime

5 commentaires

20th Century Boys
Sadakiyo
8

La fidélité avant tout.

Quand on adapte un manga au cinéma, sous forme de film, un dilemme se pose : Faut il faire une adaptation ouverte a un public peu familier du manga, ou une transcription fidèle de l'oeuvre originale...

il y a 11 ans

3 j'aime

20th Century Boys
Kelemvor
5

Tu secte et beau ? (© moi-même)

Deux manières d'aborder ce 20th Century Boys : soit on le prend pour ce qu'il est, un film japonais de science-fiction dans lequel une bande de copains en vacances dans les années 60 s'amusent à...

il y a 7 ans

3 j'aime

20th Century Boys
EricDebarnot
5

Trop aimer un livre...

Trop aimer un livre vous rend totalement incapable d'apprécier son adaptation cinématographique, a fortiori si celle-ci se contente de respecter prudemment "l'histoire" dont elle s'inspire, et si...

il y a 7 ans

2 j'aime

5

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

il y a 6 ans

197 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

il y a 2 ans

179 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

il y a 2 ans

162 j'aime

22