👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

«C’est le seul de mes films que je n’aime pas vraiment", déclarait Sydney Pollack à propos de ce thriller téléphonique, le premier film pour le cinéma du futur réalisateur de Jeremiah Johnson et de Tootsie. «Je n’ai pas eu la possibilité de faire ce que j’avais espéré réaliser. Je voulais raconter une histoire d’amour qui se déroule au téléphone: deux personnes ne se voient jamais mais dans un laps de temps très court tombent amoureuses l’une de l’autre, se brouillent, se réconcilient et ainsi de suite (…) Il y a quelques jolies choses tout de même mais le film n’était rien d’autre qu’une grande «dramatique» de télévision. » (in Jean A. Gili, Sydney Pollack, 1971). L’autocritique est sévère mais n’a rien perdu de sa justesse un demi-siècle plus tard, même si la première partie du film, où l’on voit Sydney Poitier seul dans son bureau s’agiter d’un combiné à l'autre pour retenir l’attention de son interlocutrice tout en essayant d’alerter les secours, est assez réussie et va dans le sens de ce que souhaitait Pollack. Les scènes quasi-documentaires dans les couloirs labyrinthiques du central téléphonique ne manquent pas non plus d’intérêt. Par contre les flashbacks décrivant les circonstances qui ont poussé au suicide cette mère de famille apparemment sans histoire sonnent terriblement faux: Anne Bancroft semble beaucoup trop sophistiquée pour incarner une femme de marin-pêcheur, lequel ressemble d’ailleurs plus à un plaisancier qu’à un travailleur de la mer.

SteinerEric
5
Écrit par

il y a plus d’un an

3 j'aime

30 minutes de sursis
SteinerEric
5

Quand Pollack faisait ses gammes

«C’est le seul de mes films que je n’aime pas vraiment", déclarait Sydney Pollack à propos de ce thriller téléphonique, le premier film pour le cinéma du futur réalisateur de Jeremiah Johnson et de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

30 minutes de sursis
FrankyFockers
6

Critique de 30 minutes de sursis par FrankyFockers

Poitier est un étudiant en médecine qui, une fois par semaine, assure la permanence de nuit d'un centre d'appel pour désespérés. Ce soir-là, il reçoit l'appel d'une belle bourgeoise, Anne Bancroft,...

Lire la critique

il y a 5 ans

30 minutes de sursis
XipeTotec
6

Critique de 30 minutes de sursis par XipeTotec

La grande qualité de 30 Minutes de sursis est assurément que la couleur de peau de Sidney Poitier n'est jamais mentionnée, et n'a absolument aucun rôle dans l'intrigue, au point que son...

Lire la critique

il y a 6 mois

Manon
SteinerEric
4
Manon

Un méchant goût de poussière

Qu’un cinéaste aussi misogyne et misanthrope que Clouzot transforme le roman classique de l’abbé Prévost en hymne à l’amour fou ne manque pas d’étonner. Une contradiction que l’on ressent tout au...

Lire la critique

il y a 11 mois

3 j'aime

30 minutes de sursis
SteinerEric
5

Quand Pollack faisait ses gammes

«C’est le seul de mes films que je n’aime pas vraiment", déclarait Sydney Pollack à propos de ce thriller téléphonique, le premier film pour le cinéma du futur réalisateur de Jeremiah Johnson et de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

Vautrin
SteinerEric
5
Vautrin

Michel Simon était bien seul

Difficile d'adapter pour le cinéma une œuvre aussi foisonnante que celle de Balzac, d'autant plus s'agissant ici d'un personnage qui traverse trois copieux romans. De ce point de vue, Pierre Billon...

Lire la critique

il y a 7 mois

2 j'aime