Before the Devil's nose, you're dead.

Avis sur 7 h 58 ce samedi-là

Avatar Gothic
Critique publiée par le

Sur une idée de Rawi *, qui m'a lancé le défi de voir puis critiquer "7h58 ce samedi-là" en quelques jours, voilà donc que je démarre. Le dernier film de Lumet ne se passe pas dans un chenil. Je préfère le préciser, vu le titre français du film. Ben oui, imaginez le dialogue que l'on aurait, à la fin d'une semaine à récupérer et à s'occuper de chiens:

- Combien de Setter ?
- 58 ce samedi-là !
- Ben quoi ? Ne me regarde pas avec cet air, Gordon !
...

Non. "Before the Devil knows you're dead" est avant tout un drame familial, dans lequel deux frères en proie à des difficultés financières vont organiser le casse de la bijouterie...de leurs propres parents ! Le but étant, pour la fratrie, d'éponger les dettes, tout en partant du principe que les assurances couvriront tous les frais des paternels. Du "win-win", sur le papier...

Mais ce vol va bien évidemment mal tourner, et de là commencera une véritable descente aux enfers pour la famille et leurs proches. Philip Seymour Hoffman est très juste, en grand frère manipulateur du plus jeune, interprété par Ethan Hawke. J'ai lu ici et là que ce dernier en faisait trop. Je ne sais pas ce que les spectateurs qui pensent cela feraient en pareilles circonstances, je les invite à y réfléchir, de mon côté je serais tout aussi paniqué que lui !

Marisa Tomei dévoile sa frimousse (et même bien plus !) pour notre plus grand plaisir. Ce n'est sans doute pas la meilleure actrice du monde, mais je lui trouve un charme fou, et puis elle fait le job. Albert Finney est poignant en père désemparé qui va mener sa propre enquête, après s'être heurté à une certaine insouciance, voire incompétence des forces de l'ordre. A noter la présence de Michael Shannon dans un rôle secondaire. Ou plutôt une présence épiZODique, diront certains. Je dirais les deux, mon Général !

Doté d'une réalisation sobre mais efficace, le film est pourvu d'une narration morcelée en plusieurs points de vue adoptés pour décrire la même scène. Le tout est globalement maîtrisé, au détriment du rythme toutefois, qui est parfois alourdi inutilement. J'ajouterais que le procédé de reprendre en boucle le même thème m'exaspérait déjà chez un certain Wong Kar Wai aux commandes, ce n'est pourtant pas compliqué d'apporter un peu de variété à une bande originale. Ou alors de ne pas en mettre du tout. Bref je pinaille un peu, vous l'aurez compris.

Avec "Before the Devil knows you're dead", Lumet signe son film testament. Un récit fait de moments poignants, mais aussi de quelques longueurs, ce qui, dans la filmographie du réalisateur, en fait un Lumet moyen, mais un bon film dans l'absolu.

* http://www.senscritique.com/Rawi

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 955 fois
39 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Gothic 7 h 58 ce samedi-là