Avis sur

7 h 58 ce samedi-là par batman1985

Avatar batman1985
Critique publiée par le

Le retour de Lumet à son genre de prédilection, à savoir le thriller, et qui lui a fait écrire ses plus belles lettres de noblesse après s'être essayé à la comédie avec Jugez-moi coupable mettant en scène Vin Diesel.

Présenté au festival de Deauville, l'oeuvre se distingue par un scénario qui permet de suivre un à un les différents protagonistes de l'histoire, avec leur propre point de vue. De cette manière, on revit certaines scènes selon le personnage qu'on suit. Concept intéressant, qui n'est certes pas nouveau en la matière mais qui peut s'avérer très réussi quand il est bien utilisé. C'est justement le cas ici, puisqu'on revit essentiellement les mêmes scènes que lorsque les deux frères se retrouvent en même temps à l'écran. De plus, de cette manière, tout ne s'inscrit pas dans une suite logique, décomposant ainsi la trame des événements. Une manière de sortir du lot vraiment réussie. Mais en même temps, le plus gros point faible à mes yeux provient d'une partie du scénario lui-même. Le scénariste Kelly Masterson (dont c'est le premier scénario, peut-être prêche-t-il encore par manque d'expérience) nous fait comprendre qu'il existe une certaine tension entre le frère aîné Andy et le père Charles. Malheureusement, on en sait à peine plus. On n'obtiendra pas de réelles explications quant au pourquoi de cela. C'est à mon sens une grosse faiblesse car Andy va tenter de choisir la voie de la rédemption en avouant l'inavouable à son père quant au cambriolage de la bijouterie (il faut préciser que leurs discordances ne proviennent pas de cette affaire). Les explications d'Andy vont amener le père à commettre une chose incroyable et irréversible.

Ce qu'il y a d'intéressant aussi, c'est la façon assez intelligente dont Lumet et son scénariste démontrent que l'argent peut corrompre tout le monde et que certains sont vraiment prêts à tout pour se procurer les précieux billets verts.

Bien sûr, comme Lumet nous l'a habitué avec certains films, 7h58 ce samedi-là possède quelques scènes d'action assez réussies. Elles se distinguent de tout ce qui se fait par le fait qu'elles restent assez personnelles. Elles ne touchent que les protagonistes de l'histoire, des personnages centraux aux personnages secondaires. Pas question ici de voir débarquer des hélicoptères de la police, des centaines de flics armés ou la télévision comme ce fut le cas pour Un après-midi de chien par exemple. Ici, le rôle des policiers et des médias se limitent à constater les dégâts ou à relater les événements qui se sont produits précédemment.

Un petit mot sur le casting tout de même car il y a deux ou trois acteurs qui sortent aisément du lot. Philip Seymour Hoffman en premier lieu. Mais lui, ça devient une habitude et il prouve qu'il demeure l'un des meilleurs acteurs actuellement bien qu'il me semble toujours mésestimé à Hollywood. Inutile de présenter Albert Finney qui est également incroyable dans le rôle du père tourmenté. Enfin, un peu en deçà des deux nommés précédemment, Ethan Hawke qui m'a agréablement surpris. On regrettera aussi que Marisa Tomey n'apparaisse pas plus souvent à l'écran car elle possède au moins un certain charme et que de plus, elle joue un rôle très important dans l'histoire, liant indubitablement le destin des deux frères, puisqu'elle sera à l'origine d'un changement dans leur relation.

Lumet signe donc une oeuvre réussie, un retour presque inespéré pour ce dinosaure du cinéma américain. On est certes encore loin de ce qu'il a pu réaliser dans les années 70 ou au début de sa carrière, mais ne boudons pas notre plaisir, on se retrouve devant un thriller qui se démarque quelque peu des productions actuelles et de ce qu'Hollywood peut habituellement nous servir. En espérant que ce retour à la qualité se confirmera...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 264 fois
2 apprécient

Autres actions de batman1985 7 h 58 ce samedi-là