Un été californien

Avis sur 90's

Avatar Erwan_o_gara
Critique publiée par le

Mid90's n'est pas un film sur le skateboard comme beaucoup pourrait le croire mais un film sur le passage de l'enfance naïve à l'adolescence et la découverte du monde brutal qui nous entoure. La grande qualité du film est de nous retranscrire l'atmosphère de ce milieu des années 90.

A Los Angeles, Stevie, 13 ans, a du mal à trouver sa place entre sa mère souvent absente et un grand frère caractériel. Quand une bande de skateurs le prend sous son aile, il se prépare à passer l’été de sa vie…

Pour beaucoup de gamins cette transition est tout ce qui y a de plus authentique. Le troque des consoles de jeux Nintendo pour la découverte de l'environnement extérieur, la fin d'une ère qu'est celle de New York avec Mob Deep et Wu Tang pour cette nouvelle vibe californienne qui finira par conquérir toute la jeunesse occidentale.
Ce changement d'ambiance est parfaitement narré à travers la relation entre les deux freres Ian et Sunburn, avec une adolescence qui se termine et l'autre qui commence. Leurs différentes rivalités, et la violence qui caractérise leurs relations.

Mais cette passion pour le skate est surtout le moyen d'aborder les thèmes qui sont cher a l'adolescence. L'amitié, la recherche de soit et l'amour. En pleine période estivale le jeune Sunburn va découvrir avec sa bande, les joies des premières soirées, des premières relations sexuels et de la glisse. Sunbird qui est présenté dans le film comme un piètre skater concrétise bien le fait que l'importance ici ce sont leurs relations et le besoin d’être avec les autres plutôt que le skateboard.

La question sociale y est aussi abordé. Le skate véritable moyen de contre culture avec l'envie de liberté que cela représente va voir sa scène underground disparaître au profit de la professionnalisation de ce sport. Seul moyen pour certains de sortir de la misère comme pour Ray qui contrairement à son ami Fuck shit n'a pas la possibilité d'entrevoir un autre avenir.

A l'image d'un Larry Clark ou d'un Gus Van Sant. Jonah Hill dépeint avec son premier film, la jeunesse a travers ce mouvement. Sujet qui semble inépuisable tant il représente cette jeunesse en quête de liberté et d'aventure.
La narration est parfaitement maîtrisé tout comme la réalisation sobre qui laisse une grande place aux acteurs et retranscrit avec grande justesse toute une génération.

"On pense tous que notre vie c'est de la merde, mais avec le temps on échangerai jamais notre merde contre celle d'un autre"

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 174 fois
5 apprécient

Erwan_o_gara a ajouté ce film à 7 listes 90's

Autres actions de Erwan_o_gara 90's