AD Haine

Avis sur ADN

Avatar TheBobineDemon
Critique publiée par le

Ce n'est pas très supportable à regarder. Le principal problème du film résidant dans son personnage principal, qui n'est autre que le miroir de Maïwenn, qui livre ici son film le plus auto-biographique. Cette dernière ne fait que pleurer pendant tout le film, ce qui est difficilement soutenable quand on ne ressent pas la raison de sa tristesse. Certes elle a perdu son grand-père auquel elle était très attachée, mais il faut le présenter ce grand-père.

Sans forcément parsemer le récit d'analepses concernant ce personnage, il aurait fallu raconter des choses plus précises sur ce qu'il faisait, sur ce qu'il était et pas juste dire : "il était engagé dans sa vie, ça fait qu'il est attachant lol". Parce que là, à part sa fin de vie en Ephad avec la maladie d'Alzheimer, on ne sait pas vraiment pourquoi il était si attachant pour Neige (le personnage de Maïwenn dans le film), résultat ; on la voit juste chialer, engueuler, renâcler, sans comprendre ou du moins ressentir le pourquoi du comment, et ça devient simplement impertinent. Surtout que, et là je ne vais pas être sûr de l'objectivité de mon propos mais de toute façon je parle plus de mon ressenti qu'autre chose, les scènes de chagrin (notamment du personnage de Maïwenn) ne sont pas très bien jouées. Où elles auraient été plus naturelles si on avait montré le personnage apprendre la nouvelle au lieu de passer directement au moment où il se rend à l'Ephad. A partir de là, développer l'arc autour du grand-père aurait peut-être été moins nécessaire.

Et puis c'est aussi très sous-développé dans ce que ça donne l'impression de traiter. 1H30 de film pour comprendre que c'est important de se ressourcer au coeur de ses origines, sans vraiment expliquer pourquoi, pourquoi elle a absolument besoin d'obtenir la nationalité de son grand-père, pourquoi elle pense que c'est de cette manière qu'elle va se sentir en paix avec ses racines, faire le deuil.
Car ça parle aussi de deuil au sens pur et dur, et ça donne lieu à quelques situations intéressantes comme le personnage de la soeur (interprétée par Marine Vacth) qui ne vit pas la chose de la même manière ; ce qui donne envie de s'intéresser aux différents rapports que chaque membre d'une sororité peut entretenir avec le reste de la famille. Et puis il y a d'autres scènes qui relèvent de la même pertinence comme la fameuse scène de découverte des résultats d'ADN, où on comprend qu'elle a besoin de se sentir des origines de feu son grand-père pour ce que lui représentait pour elle, peu importe ce que les rendus scientifiques lui montrent. (et puis Louis Garrel est un amour, indispensable au bien être du cinéma français).

Mais pour ce qui est de la thématique du film et de l'histoire autour de Neige, moi je comprends ce genre de réactions, le fait de restructurer son rapport à ses origines après avoir vécu un évènement marquant qui y était fortement lié, mais il faut l'expliquer dans le film parce que ça reste un sujet très intéressant l'identité. Le problème c'est qu'on ne la voit pas interagir avec son grand-père sur ces questions, on ne voit pas ce dernier les lui transmettre ou au moins lui en parler. Et puis je réitère que c'est difficilement supportable de suivre un personnage faire le deuil sans ressentir l'attachement qu'il avait avec la défunte personne.
En fait c'est un film auquel il manque un personnage. Et même quand ça ne dure pas 2 heures, c'est assez insipide à suivre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 543 fois
2 apprécient

Autres actions de TheBobineDemon ADN