Le surlendemain du jour d'après

Avis sur A.I. Intelligence Artificielle

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Je ne suis pas un grand fan de Spielberg. Je trouve que ses films manquent souvent de profondeur, d'une patte personnelle. Je pensais donc que suite à ce revisionnage je baisserais ma note. Ce n'est pas le cas. Je n'ai toujours pas vraiment trouvé une patte personnelle à l'homme, mais le film m'a semblé plus profond et plus riche que la majorité de ses productions habituelles.

Le scénario est une sorte de conte. Si l'auteur emprunte beaucoup à Pinnocchio et même à d'autres contes (repris par Disney ou non), on peut bien parler d'idée originale ici, tant les enjeux diffèrent. L'histoire est composée de trois parties. La première, un peu trop gnagnan et surtout trop longue, m'a le moins plu. J'ai trouvé les thèmes abordés intéressants mais mal exploités, telle que la rivalité entre les deux enfants. La seconde partie m'a ravi le plus, parce que tout y est plus fou. Les références à de vieilles séries B voire Z sont aussi nombreuses que inattendues. Enfin, la dernière partie est celle où l'émotion domine. Les failles scénaristiques y sont par conséquent plus nombreuses, mais personnellement j'ai accepté de me laisser berner. Comme je dis toujours, pour regarder un film il faut accepter certaines conditions (on ne regarde pas un film avec Schwarzie de la même façon qu'un film de Bergman). Sur l'ensemble du récit, j'ai trouvé que les thèmes abordés étaient intéressants ; certains s'avèrent être très glauques.

La mise en scène n'est donc pas très personnelle mais c'est justement ce côté impersonnel qui m'a convaincu. La forme paraît ainsi parfaite alors que le propos est des plus sombre et défaillant. Le contraste est énorme, et de cet agencement se dégage une poésie touchante. La première partie, je reviens une fois de plus dessus, m'a semblé inutilement longue mais son côté gnagnan se révèle finalement nécessaire par rapport à la deuxième partie qui elle est tournée dans un esprit bien plus 80's, où le pessimisme est roi. La chasse des bikers et les jeux de société, sont des séquences qui m'ont émerveillé. Et pour une fois, les gros sabots de Spielberg qui amène une touche de conte de fée, ne font que renforcer un sentiment de malaise. Enfin, la dernière partie est moins en décalage, comme la première, comme si tout rentrait dans l'ordre. Ce n'est évidemment pas le cas ; cette partie, en fait, m'a semblé être une sorte de confirmation de l'hypocrisie humaine et une démonstration prouvant qu'on en a besoin dans la vie, pour.

Les effets spéciaux m'ont convaincu. Ils ne sont pas moches en soi, et puis surtout, leurs défauts participent au contenu du film. Les acteurs m'ont aussi convaincu.

Bref, A.I. est pour ma part un film réussi, Kubrick avait vu juste en confiant la tâche à Spielberg. A voir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 623 fois
8 apprécient

Autres actions de Fatpooper A.I. Intelligence Artificielle