Le plus incompris des Spielberg, vu comme une trahison sur l'autel du sentimentalisme.

Avis sur A.I. Intelligence Artificielle

Avatar Marco From The Shot
Critique publiée par le

AI a été révélé comme un des derniers projets de Stanley Kubrick et un des plus cérébraux. C'est lui-même qui avait publiquement confié le projet à Steven Spielberg : "Si je venais à ne pas pouvoir mener ce projet à terme, je ne vois qu'un seul réalisateur capable de le faire à ma place, c'est Steven Spielberg" (Londres, janvier 1999). S'il est vu comme une trahison à Kubrick sur l'autel du sentimentalisme, AI n'est en pas moins profond et pose la question de la sincérité des sentiments.

Dans un monde futuriste ravagé par le réchauffement de la planète, les êtres humains vivent en parfaite harmonie avec les « mécas », des robots androïdes spécialement créés pour répondre à leurs besoins : tâches ménagères, services et… amour ! Une famille, dont le fils est dans le coma, décide d'aller plus loin et d'adopter un enfant robot, David, programmé pour vouer un amour sans limites envers ses parents adoptifs. Entre temps, la science ramène à la vie leur enfant biologique. Le film est tiré de la nouvelle de Brian Aldiss "Supertoys".

La presse a largement incendié le film en disant que le projet de Kubrick avait été ruiné par le sentimentalisme de Spielberg, mais le film peut être entièrement vu comme une interrogation sur tous les leviers émotionnels que nous actionnons dans la vie, avec nous-même et les autres. Or en spécialiste de la manipulation par l"image, Spielberg sait exactement de quoi il est question ici. Regardant sa propre carrière, Spielberg imprime la Spielberg Face comme "expression par défaut" au héros de A.I., comme si ce schéma, cette posture mécanique devait être tout ce qui reste de son cinéma. Dans un ère dominée par le digital et ses artifices, le film pose la question de l'authenticité des sentiments dans leur ensemble : ceux qu'on éprouve et ceux qu'on voudrait voir éprouvés par les autres. A.I. pose cette ultime question : dans cette ère, où va t-on trouver les restes de notre humanité ?

Des millénaires plus tard, alors que l'homme s'est éteint, que reste t-il de nous ? Un robot gelé dans une expression de fascination artificielle. Et que restera t-il du cinéma ? Que sont les films sinon des traces de nos rêves que, désespérément, nous voudrions indélébiles ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 890 fois
6 apprécient

Autres actions de Marco From The Shot A.I. Intelligence Artificielle