👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il pourrait bien causer la perte d'Abel, le pétrole s'appelle Caïn

En 1981 à New York, Abel Morales, un immigré ambitieux et directeur d'une compagnie de distribution de pétrole voit son affaire en difficulté. Ses chauffeurs se font agresser et ses camions voler. En pleine transition pour l'achat d'un terrain stratégique, ces évènements vont empêcher le prêt de sa banque à Abel et attirer l'attention de la police, déjà très présente, sur lui. Abel a peu de temps pour découvrir la vérité afin d'éviter la faillite et réussir ses projets, le tout en restant le plus intègre possible dans un monde corrompu.

Le film est bien rythmé. On alterne des scènes de dialogues en gros plans captivantes avec des scènes d'action bien cadencées. La musique qui les accompagne, les jeux de lumières (notamment la scène en voiture dans le tunnel avec les phares, le brouillard et la lumière du jour), et celui des acteurs facilitent grandement l'immersion dans le film. Certaines mises en scènes sont très prenantes et ajoutent à cette immersion ; par exemple celle où Abel traverse sa maison de nuit, apparaissant comme une ombre en contraste du peu de lumière qui est présente, accompagné seulement des aboiements plaintifs de son chien.
Le réalisateur ajoute à cela des personnages aux personnalités fortes, admirablement bien interprétés ; avec Abel qui s'impose à ses employés comme une sorte de figure paternelle à qui il apprend à être fort, mais qu'il veut protéger tout en étant strict pour aller au bout de son objectif. Il y a aussi sa femme qui apparaît comme soutien dans sa vie professionnelle et privée, mais qui se montre également plus dangereuse et plus forte quand lui semble faiblir. Le type même de la femme fatale.
C'est en mélangeant tout cela que Chandor crée un film remarquable qui vous tient en haleine jusqu'au bout.
Emile_Belleveaux
7

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films vus au cinéma

il y a 7 ans

A Most Violent Year
guyness
8

Neige donc tant vécu que pour cette infamie ?

Depuis aussi longtemps qu’il s’est organisé en communauté, une des activités les plus universelles (dans l’espace et dans le temps) de l’homme du peuple consiste à conspuer celui qui le dirige pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

82 j'aime

26

A Most Violent Year
blig
9

"Mr-Fucking-American-Dream"

Pour commencer son film par le travelling d'un homme accomplissant son rituel matinal du jogging, baigné par la musique même que diffuse son casque dans ses oreilles, il faut être sûr de son coup. Il...

Lire la critique

il y a 7 ans

50 j'aime

12

A Most Violent Year
pphf
7

Le Parrain 4

En clone d’Al Pacino, constant et plutôt convaincant, dans ses poses, dans son port, dans ses intonations, dans ses airs et même dans son pardessus jaune (dont on peut se demander s’il le garde la...

Lire la critique

il y a 7 ans

27 j'aime

16

Un condamné à mort s'est échappé
Emile_Belleveaux
7

MacGyver: Le film

Un condamné à mort s'est échappé est un huis clos où l'on suit le jeune lieutenant Fontaine capturé par les allemands durant la deuxième guerre mondiale et qui va chercher tout au long du film à...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

Interstellar
Emile_Belleveaux
6
Interstellar

Interstellar (et Nolan), toujours intéressant mais décevant !

Un mot pour qualifier ce film, déception. Christopher Nolan est un réalisateur qui sait partager les avis autour de ses films et si j'adore bon nombre de ses films, celui-ci ne m'a vraiment pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

The House That Jack Built
Emile_Belleveaux
7

"Are you allowed to speak along the way ?"

Le film nous raconte l’histoire d’un dangereux tueur en série dans l’Amérique des années 70. On adopte le point de vue dudit tueur qui fait le récit de son parcours de meurtrier à un mystérieux...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

2