Affiche A chacun son dû

Critiques de A chacun son dû

Film de (1967)

A CHACUN SON DÛ de Elio Petri

Ce film est une libre adaptation d’une nouvelle du grand écrivain sicilien Leonardo Sciascia (1921-1989) qui a tant écrit sur la Sicile son pays d’origine et la mafia. De ses origines moyenâgeuses jusque dans les années 1980. Que ce soit sous forme de roman, nouvelles ou articles journalistiques. C’est sur l’aspect des mœurs sexuelles que le film se focalise. Et sur tout ce que cela comprend :... Lire l'avis à propos de A chacun son dû

6
Avatar littlebigxav
8
littlebigxav ·

A l'ombre d'une falaise

Les épaules solides de Gian Maria Volonte, le charme farouche de Irene Papas et la classe à l’italienne de Gabriele Ferzetti, voila le petit secret de A chacun son du, un whodunit rital qui brillotte par le coup d’œil acerbe de son metteur en scène. Comme à son habitude, Elio Petri croque ses contemporains avec une mine particulièrement affûtée, rompue à l’exercice d’un trait rigide... Lire l'avis à propos de A chacun son dû

5
Avatar oso
7
oso ·

Critique de A chacun son dû par ChaK_

Prix du meilleur scénario à Cannes en 67... rien que pour ça, ça mérite le coup d’œil, mais surtout faut assurer derrière. Mais même si beaucoup d'eau a coulée sous les ponts depuis, l'ensemble tient encore bien la route. En Italie, du côté de Parlerme, un homme menacé de mort à multiples reprises par lettres corbeau est abattu froidement avec un de ses ami au cours d'une partie de chasse. Son... Lire la critique de A chacun son dû

Avatar ChaK_
7
ChaK_ ·

Le looseur pathétique !

La Sicile, ses gens et ses mystères .Un film bien construit avec une fin a la hauteur des films de Pietri ,qui a une vue de l'Italie assez noire Sublime Irène Papas et fantastique Gian Maria Volonté en looseur pathétique. Vu en Vost : Lire l'avis à propos de A chacun son dû

Avatar Chicago
8
Chicago ·

Critique de A chacun son dû par anthonyplu

Le film a beaucoup de chose à dire (corruption, rapport entre mafia et justice, une certaine hypocrisie de l'église) mais j'ai trouvé l'approche un peu distante et froide, assez typique de certain films paranoïaques italiens de cette période (Francesco Rosi et compagnie). Cette approche casse l'installation d'une ambiance oppressante et de la montée d'un suspens. Pourtant la mise en scène est... Lire l'avis à propos de A chacun son dû

1
Avatar anthonyplu
6
anthonyplu ·