Rendez moi mon temps perdu s'il-vous-plaît ! Je serais sage.

Avis sur À fond

Avatar LapinouBleu
Critique publiée par le

A fond c'est l'histoire d'un médecin riche qui a eu de quoi se payer une nouvelle voiture et qui part en vacances dans ce véhicule avec sa famille.

J'avoue que je ne m'attendais pas à grand chose d'un film avec José Garcia qui se passe tout le long dans une bagnole. Sauf que je m'attendais quand même à quelque chose. Parce que là, je viens de voir le plus gros navet de mon existence. Pourtant, des films j'en ai vu et un certain nombre bien nazes. Mais A fond n'a tellement rien pour lui que mes autres 1 de ma collection SensCritique méritent 5. Je me sens si méchante de les avoir sous notés alors qu'il existe "CA".

Pour vous faire la présentation et ma critique je vais avancer dans le sens du film.

La pseudo Intro :
Tout d'abord, nous voyons la petit famille au complet : papa José, médecin, riche, relou ; maman blonde, psy, enceinte jusqu'aux narines, reloue ; fils vide, fille reloue simplement puis, le pire de la famille : papi insupportable, maladroit, pervers, con, mal joué, relou.
A vrai dire, au début je ne me suis pas alarmée. En effet, c'est juste une intro (même si les grands du cinéma savent faire des p*t*in de bonnes intro). En plus, bon, ça ne se passe pas dans la voiture alors on peut se dire que le pseudo réalisateur a des soucis avec les maisons et préfère rouler. Sauf que le papi insupportable se pointe et là toute onde d'espoir dégringole en chute libre pour atteindre le point zéro à la scène des toilettes. On se dit : "En plus de ne pas rigoler pendant 1h30 je vais me taper un film qui n'a ni queue ni tête et où les acteurs se foutent simplement de leur job".

Le début de "l'histoire" :
La famille monte enfin dans cette voiture orange/rouge et démarre. On peut se dire "ouf ! l'histoire va commencer". Non, elle ne commence pas là... ah !... mais attendez... elle ne commence pas du tout. Les personnages ne progressent pas, les éléments qui ne fonctionnent pas s'enchaînent jusqu'à la fin et rien ne rattrape ça. Ah si ! Quand j'ai vu Charlotte Gabris sortir de la station service avec sa petite voix trop mimie j'étais la plus heureuse du monde. Le point dont je parlais plus haut n'était plus à zéro, jusqu'à ce que je me rende compte qu'elle ne servirai pas à rattraper le coup. Nous voila à -20.

Quand la voiture bloque vraiment :
Vous savez, je n'ai pas souvent envie de tuer les gens. Je sais aussi que c'est mal. Mais là. Ma vie n'a été que haine pour le papi. J'imaginais dans ma petite tête en souffrance devant tant de merde tous les moyens possibles pour faire souffrir l'acteur (André Dussollier). A chaque fois qu'il ouvrait sa bouche ça empirait l'état du film et j'ai espéré plusieurs fois que quelqu'un se rebelle, ouvre une portière et le pousse sur l'asphalte ou lui embroche le cerveau avec ce satané harpon.
Dans cette partie du film la fille parle trop avec ses têtes de poupées de merde et je me suis demandée pourquoi la mère-psy n’interagissait pas sur sa gosse alors qu'elle psychanalyse tout le monde. D'ailleurs, cette sorte de caricature des psys m'a insupportée. Un psy a autant envie de psychanalyser quelqu'un hors de son cabinet, qu'un éboueur de sortir la poubelle hors de ses heures de travail ou qu'un plombier de revisser un tuyau chez lui. Simplement parce que ça s'appelle des heures sup' non payées, soit : l'Enfer.
MAIS, le pire ce n'est pas ça. Pourtant, me direz-vous, "ça m'a l'air relou et ta critique est longue alors abrèges", et à ça je vous répondrais : "vous n'avez pas tord mais je dois encore parler d'une chose".
Cette chose c'est ce beauf en BM jaune qui m'a littéralement dégoûtée de la vie. Il n'arrête jamais sa connerie, aucun gendarme ne s'occupe de lui et sa musique est aussi insupportable que son visage (et je n'aime pas particulièrement discriminer les gens). Nous sommes tellement bas que je ne compte plus sur mon merdo-mètre.
En plus de ça personne ne les aide vraiment alors que chaque spectateur pouvait trouver la solution avant le scénario.

Pour en finir :
Eh bien, pour finir, je dirais simplement que je n'ai pas supporté ce film qui mérite largement en dessous de 1. Je dirais aussi que Nicolas Benamou a révélé mon côté obscure avec ses personnages merdiques, ses dialogues à la con, son histoire naze, son intrigue non travaillée et ce papi de merde.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1578 fois
13 apprécient · 4 n'apprécient pas

LapinouBleu a ajouté ce film à 3 listes À fond

Autres actions de LapinouBleu À fond