Les boules du monstre

Avis sur À l'ombre de la haine

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Dans ce film il y a un séquence de baise qui dure presque 10 minutes. C'est gratuit. Mais le plus triste c'est qu'on ne voit pas assez pour bien profiter. Mais trop pour parler d'érotisme par suggestion. Enfin c'est tout de même pas mal de voir Hale Berry toute en forme. Cette femme a un corps magnifique et le temps semble ne pas avoir d'emprise sur elle. De l'auter côté, c'est le cul frippé de Billy Bob qu'on a droit. Pas un étalon, mais faut avouer qu'il aun certain charisme et une gueule plus appréciable (il a bien fait de se faire implanter des cheveux dans les années 90).

A part cette séquence, il n'y a pas grand chose à sauver de ce film. L'image est très léchée. Forster a toujours su délivrer une photographie travaillée, rappelant un peu la pub. Il s'agit ici d'un film sérieux et évite donc les expérimentations esthétiques, mais pas sonores (quelques ambiances bien sympa). Les acteurs sont bons, mais par contre je déconseille la VF de piètre qualité surtout en ce qui concerne le doublage du fils obèse.

Le scénario est assez mou. Forster parle d'un truc qu'il ne connaît pas et semble penser qu'il suffit d'un peu de contemplation pour faire passer des sentiments, ce qu'il raconte sonne faux et mal documenté au delà de l'aspect technique d'une mise à mort. Les objectifs ne sont jamais clairement définis ce qui a pour conséquence de rendre incertain la trajectoire du film. Bon il y a tout de même des scènes téléphonées, donc on anticipe, mais ce n'est pas de façon positive. Si apr exemple on vous montre en montage parallèle, pendant 30 minutes, la vie d'une femme meurtrie et la vie d'un homme tout aussi meurtri, l'on peut facilement connaître la suite de l'histoire. Le pire c'est ussi de savoir à l'avance ce qui fera le conflit final, un peu comme dans un film romantique. Sauf qu'ici c'est un drame quis e veut réaliste. Et puis cette fin où Marc Forster se contente de laisser la porte ouverte aux interprétations. Les fins ouvertes qui fonctionnent ne sont jamais complètement ouvertes. L'intrigue principale doit être résolue, et puis le retour à la normale peut elle être coupé justement pour que le public se fasse sa propre opinion. C'est ce qu'il se passe avec Sideways, ou plus récemment Killer Joe. Ici Forster ne répond à aucune question, et l'on en sort avec la sensation que l'on ne nous a rien raconté. Pire, que le réalisateur n'a pas eu les couilles de donner son point de vue.

Bref, Monster's Ball est un film où il ne se passe rien et qui ne raconte pas grand chose. Il y a bien cette idée sur les préjugés mais il n'y a aucun conflits pour rendre ce combat difficile. Le film est malgré tout bien filmé et le casting irréprochable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 872 fois
3 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Fatpooper À l'ombre de la haine