👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La terre polluée, l'amour, pas de religion cette fois-ci ou très peu avec Bardem en homme d'église. Un film qui tient la route, et pourtant on aurait pu croire que ça ne serait pas le cas. Cette fois, un film avec très peu de dialogues, tout repose sur la voix off, sur les expressions et les actions des personnages.
Malick filme les plaisirs simples, les débuts d'une histoire souvent peu palpitante, une histoire d'amour parmi tant d'autres, une histoire comme la votre ou la mienne avec ses hauts et ses bas. Des premières réjouissances un peu trop précipitées, à la déchirure, due à cette insupportable et inévitable routine qu'est le couple.
Sur la pellicule, un peu de Paris en 8mm, puis un peu de mont saint michel pour finir par beaucoup d'Oklahoma. Malick saisit les premiers instants d'une histoire d'amour simple qui deviendra très vite compliquée. Celle d'une femme délaissée par son ex mari, mère d'une petite fille qui tombe sous le charme d'un américain. L'américain ( Affleck) après quelques périodes de tourmente rencontrera un amour de jeunesse (Mcadams teinte en blonde), ce sera le début d'une histoire pour en oublier une autre en vain.
En ce qui concerne le contemplatif, on retrouve les bisons, ces majestueuses créatures déjà aperçues dans Les moissons du ciel. On les observe avec malice comme le couple sur le toit de leur voiture façon safari.
Le vent vient secouer les rideaux,rideaux qui dansent, transpercés par la lumière du jour.
Ici, même la pollution écope d'un certain charme.
Kurylenko se comporte souvent comme une enfant,comme envahie par la fraîcheur, propre aux sentiments, à danser, à sauter sur le lit. Ce qui nous rappelle qu'on reste tous de grands enfants face à l'amour et à la vie.Certains l'auront surement trouvé niais, surement pour se persuader que l'amour c'est tout sauf ça. Mais encore une fois, il faut se laisser prendre par les images, par la musique. Il faut plonger dès le début dans le film et se laisser bercer par cette voix off sensuelle et indispensable.
Certes, le film a du mal a nous faire oublier le brio du précédent mais il reste esthétique et prenant.
A voir et à conseiller.
Jack_Van_m
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2013 et Je tombe amoureux à chaque recoins de pellicule.

il y a 9 ans

4 j'aime

1 commentaire

À la merveille
Clairette02
9

Heart of gold

Terrence, ils se sont moqués de toi, ils t'ont hué à Venise, ils t'ont considéré comme fini. Terminé le grand Terrence de Tree of life. En voyant des 3 déferler sur Sens critique, des critiques...

Lire la critique

il y a 9 ans

141 j'aime

64

À la merveille
Kenshin
3

Olga The Movie

Hier soir, après avoir quitté Guyness et raccompagné AlisonY. chez elle, j'envisageais plusieurs façons de faire ma critique de To the Wonder. Je pensais tenter un tweet: Malick voulait filmer Olga...

Lire la critique

il y a 9 ans

106 j'aime

57

À la merveille
Grard_Rocher
2

Critique de À la merveille par Gérard_Rocher

Neil et Marina vivent tardivement un amour très passionnel lors d'un voyage à la merveille du Mont Saint-Michel. C'est le grand amour car Marina, originaire d'Ukraine, divorcée et mère d'une enfant...

Lire la critique

il y a 8 ans

64 j'aime

29

The Tree of Life
Jack_Van_m
10

"A l'origine, la nature et les hommes"

En visionnant Tree Of Life, je me voyais en lieu et place d' Edward G Robinson durant la scène d'euthanasie de Soleil Vert où la musique classique mêlée à des images d'une nature oubliée permet de...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

1

Welcome Oblivion
Jack_Van_m
7

Critique de Welcome Oblivion par Jack_Van_m

L'EP "How To Destroy Angels" du groupe éponyme, m'avait en quelque sorte réconforté après la pause annoncée par Trent Reznor du projet Nine Inch Nails. On retrouvait de belles instrus qui restaient...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

2

À la merveille
Jack_Van_m
7

Merveille Délicieuse

La terre polluée, l'amour, pas de religion cette fois-ci ou très peu avec Bardem en homme d'église. Un film qui tient la route, et pourtant on aurait pu croire que ça ne serait pas le cas. Cette...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

1