👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Malgré sa consécration à Cannes en 2011, j’avais en ce qui me concerne été très déçu par le précédent film du réalisateur, The Tree of Life, qui m’avait profondément ennuyé du début à la fin. J’étais donc relativement curieux de découvrir son nouveau long-métrage pour voir si j’y serais plus sensible. Mais malheureusement, le constat est finalement assez similaire puisque À la Merveille souffre de quasiment tous les mêmes défauts. A savoir un scénario presque inexistant, une construction de récit inutilement déstructurée et des personnages peu intéressants qui passent leur temps à chuchoter, quand ils ne sont pas tout simplement mutiques. Mais le plus pénible de tous est assurément le côté extrêmement contemplatif qui se dégage du film. En effet, Malick ne raconte rien, il ne fait que montrer. Et comme il montre tout le temps la même chose (personnages de dos, champs de blé, rayons de soleil…), cela finit forcément par agacer, et surtout par ennuyer. D’autant plus qu’il se sent encore obligé d’ajouter au récit une dimension religieuse superflue qui m’insupporte personnellement au plus haut point. Du coup, je dois dire que je me suis presque autant ennuyé que pour The Tree of Life, ce que je ne pensais pas possible au départ.

Malgré tout, le réalisateur prouve par moments qu’il sait encore manier sa caméra en nous offrant quelques très beaux plans, toutefois trop rares que pour se laisser vraiment emporter. Et quand bien même le film serait irréprochable sur la forme, le fond manque tellement de consistance qu’il devient presque impossible d’y trouver de l’intérêt. Effectivement, les personnages sont tellement peu développés qu’on a du mal à s’y attacher et à comprendre véritablement ce qui les anime. Ils tournent complètement en rond, comme le film d’ailleurs. L’illustration parfaite étant sans doute le personnage interprété par Olga Kurylenko qui passe son temps à ne pas savoir ce qu’elle veut. Alors que celui joué par Ben Affleck a l’air complètement sans vie tout du long. Il ne renvoie rien et a l’air de s’emmerder autant que le spectateur. Quant à celui de Rachel McAdams, il s’inscrit dans la même veine que les deux autres mais en beaucoup plus furtif. Bref, tout cela pour dire en finalité que le récit est totalement creux et ne parvient jamais à captiver. Sans doute car une relation amoureuse n’a jamais ressemblé à ce que le réalisateur en montre. Qui plus est, il se dégage de l’œuvre un sentiment de répétition particulièrement gênant.

En conclusion, À la Merveille est donc un film extrêmement vide et répétitif sur le fond, et terriblement attendu sur la forme. Non seulement l’histoire ne passionne jamais mais la mise en scène semble parfois complètement déconnectée du sujet. Malick fait du Malick et ça en devient presque parodique. Bref, un film que je déconseille fortement, surtout si The Tree of Life vous avait déjà passablement ennuyé.
Wolvy128
2
Écrit par

il y a 9 ans

À la merveille
Clairette02
9

Heart of gold

Terrence, ils se sont moqués de toi, ils t'ont hué à Venise, ils t'ont considéré comme fini. Terminé le grand Terrence de Tree of life. En voyant des 3 déferler sur Sens critique, des critiques...

Lire la critique

il y a 9 ans

141 j'aime

64

À la merveille
Kenshin
3

Olga The Movie

Hier soir, après avoir quitté Guyness et raccompagné AlisonY. chez elle, j'envisageais plusieurs façons de faire ma critique de To the Wonder. Je pensais tenter un tweet: Malick voulait filmer Olga...

Lire la critique

il y a 9 ans

106 j'aime

57

À la merveille
Grard_Rocher
2

Critique de À la merveille par Gérard_Rocher

Neil et Marina vivent tardivement un amour très passionnel lors d'un voyage à la merveille du Mont Saint-Michel. C'est le grand amour car Marina, originaire d'Ukraine, divorcée et mère d'une enfant...

Lire la critique

il y a 8 ans

64 j'aime

29

Hunger Games : La Révolte, partie 1
Wolvy128
6

Critique de Hunger Games : La Révolte, partie 1 par Wolvy128

Depuis l’adaptation du dernier tome de Harry Potter en deux films distincts, la plupart des grandes sagas littéraires semblent emprunter la même trajectoire (Twilight, Divergente…) et Hunger Games...

Lire la critique

il y a 7 ans

49 j'aime

3

Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E.
Wolvy128
7

Critique de Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E. par Wolvy128

Quatre ans après sa dernière réalisation, le réalisateur britannique Guy Ritchie revient sur le devant de la scène avec un film dans la veine de ce qu’il a l’habitude de proposer, celle d’un...

Lire la critique

il y a 7 ans

35 j'aime

1

Nos étoiles contraires
Wolvy128
8

Critique de Nos étoiles contraires par Wolvy128

Adapté du roman éponyme de John Green, Nos Étoiles Contraires (The Fault in our Stars en VO) raconte l’histoire d’amour atypique entre Hazel Grace Lancaster (Shailene Woodley) et Gus Waters (Ansel...

Lire la critique

il y a 8 ans

27 j'aime