Avis sur

A voix haute - La force de la parole par Notry

Avatar Notry
Critique publiée par le

Cette année on peut dire que les documentaires offrent de réelles propositions artistiques. Entre The Music of Strangers qui nous raconte une véritable histoire de la musique et Lumière qui nous propose un retour sur la naissance du cinéma, avec un écart sur Parfaites qui nous narre les aventures d’un sport méconnu, voici que l’on va s’attarder sur l’art de la parole. A voix hautes – La force de la parole est un documentaire revenant sur le concours Eloquentia qui se déroule à l’Université Saint-Denis et qui vise à élire le meilleur orateur du 93.

Contrairement aux autres documentaires dont le sujet est plus généralisé, A voix haute parle d’un sujet beaucoup plus centré, à savoir un concours d’une université de la banlieue parisienne. Cependant son importance est capitale voire même primordiale. L’art de la parole et de la langue française est un atout non négligeable dans une vie pour se faire comprendre et savoir se défendre par des mots sains plutôt que des insultes ou des actes. Le 93 est une zone banlieusarde réputée être plutôt craignos. Ainsi un tel concours dans cette université a une portée symbolique beaucoup plus forte. Au lieu de résoudre leurs problèmes par la violence ou la vengeance, les jeunes peuvent constater qu’ils possèdent un moyen beaucoup plus efficace et salvateur de faire comprendre leur colère ou leurs émotions en générale.

Certains élèves l’ont d’ailleurs très bien compris, notamment avec celui qui ouvre le film, explique-t-il être fasciné par l’art de la parole qu’à Sarkozy lorsqu’il fait ses discours. Savoir pertinemment qu’il est un très mauvais politicien, totalement indigne de confiance, mais que la simple écoute de ses paroles pourrait réussir à convaincre quiconque l’écoute un tant soit peu attentivement fait comprendre qu’avec les mots et la maîtrise de leur sens et des tournures de phrases, n’importe qui peut accomplir des miracles.

La plupart des élèves viennent de milieux modestes et parfois difficiles, mais aucun n’est moins intelligent qu’un autre. Comprendre le sens des mots et l’appréhender révèle leur caractère et leur sensibilité. Avec ce documentaire on se rend bien compte que n’importe qui et surtout tout le monde est capable de réaliser des choses magnifiques et grandioses si on leur donne ne serait-ce qu’un semblant de moyen de le faire. Ce n’est pas anodin que l’on retrouve la présence de certaines célébrités comme Kery James. Un rappeur qui possède une bonne maîtrise de la langue française ainsi qu’une vaste audience. Il est un très bon exemple à suivre et un modèle que déjà beaucoup de jeune suivent. Le but de ce documentaire est donc évidemment de pousser les jeunes à maîtriser l’art de la parole afin de savoir s’exprimer correctement, de mieux transmettre leurs idées, de réussir à convaincre avec pacifisme et montrer qu’ils ne sont pas les personnes faibles ou immatures que l’on tente parfois de représenter dans les médias. C’est également un moyen de leur faire comprendre que tout ne passe pas par l’impulsivité et l’automatisme, qu’il faut savoir prendre son temps, encaisser, réfléchir puis contre-attaquer, c’est vrai dans beaucoup de domaine mais c’est indispensable en joute verbale.

Beaucoup de ces jeunes écoutent du rap, qui est une musique apparue avec la volonté d’extérioriser sa colère. Une des jeunes filles de la classe que l’on suit utilise le rap pour chacun des exercices vocaux des professeurs. Ses textes sont toujours écrits avec les tripes et son vécu mais on note très vite la différence artistique et la complexité croissante que ces derniers gagnent avec le temps. Ce n’est pas pour rien que c’est à travers ce genre musical que l’on peut assister à des « battles ». Ces joutes verbales bien connues des jeunes de cité, car c’est un genre qui repose énormément sur la justesse et le cynisme des punchlines. C’est comme cela qu’ils peuvent comprendre et s’apercevoir que la diction est également une forme d’exutoire.

De plus, le documentaire ne cache pas sa dimension politique. Un tel concours devrait être un cours presque imposé à n’importe qui tant il rend hommage à la langue de Molière. C’est aussi avec l’ignorance que l’on peut manipuler les foules et mieux gouverner mais surtout assouvir un pays. Les politiques l’ont compris depuis longtemps mais tous les élèves ne s’en aperçoivent pas forcément. En les mettant devant le fait que savoir bien s’exprimer est une arme vitale et indispensable pour savoir se défendre face à la vie et la société, beaucoup font un bond de sagesse dans leur vie. Sans le dire explicitement, A voix haute fait comprendre que si l’on offre ce genre d’aide de pouvoir bien s’exprimer à des jeunes, c’est toute une porte nouvelle qui s’ouvre aux générations futures.

Le pouvoir de la parole passe également par le pouvoir de l’écriture. L’art oratoire est une façon d’être, de se présenter à un auditoire et de convaincre par la parole, mais on écrit son texte auparavant et on formule ses phrases pour qu’elles fassent sens. Tout l’intérêt de ce documentaire résulte dans l’importance de l’art oratoire, de savoir se vendre également. Globalement, l’art de la langue et de ses atouts notamment chez des jeunes qui n’ont pas forcément l’expérience et la sagesse d’utiliser cette arme à bon escient.

Critique disponible sur Rétro-HD

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 259 fois
Aucun vote pour le moment

Notry a ajouté ce documentaire à 2 listes A voix haute - La force de la parole

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs documentaires

    Les meilleurs documentaires

    Avec : Another Day of Life, A voix haute - La force de la parole, Un pays qui se tient sage, Be natural - L’histoire cachée d’Alice Guy-Blaché,

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 2017

    Les meilleurs films de 2017

    Avec : Star Wars - Les Derniers Jedi, Brimstone, Lion, Mes vies de chien,

Autres actions de Notry A voix haute - La force de la parole