Avis sur

Aaltra par pierrick_D_

Avatar pierrick_D_
Critique publiée par le

Deux types sont voisins dans un bled du nord de la France.L'un est un employé de bureau fan de moto-cross,l'autre un agriculteur fainéant et boulimique.Ils se détestent et passent leur temps à s'emmerder mutuellement.Jusqu'au jour où ils se battent et prennent une remorque de tracteur sur le corps.Devenus paraplégiques,ils finissent par sympathiser et se lancent dans un périple en fauteuil roulant qui leur fait traverser toute l'Europe du Nord jusqu'en Finlande où se situe l'entreprise ayant fabriqué l'engin agricole défectueux et dont ils comptent obtenir des indemnités compensatrices."Aaltra" est le premier film écrit et réalisé par Benoît Delépine et Gustave Kervern,auteurs et acteurs vedettes de Canal+ tendance destroy,notamment dans l'émission "Groland".Avec peu de moyens mais beaucoup d'imagination et de talent,ils concoctent une équipée sauvage mélangeant humour hardcore et constat social désespérant sous-tendue par leur verve anarchiste.Parce que si c'est une comédie,elle est plutôt noire et décrit un monde absurde où le malaise rôde en permanence.Les deux zigotos rencontrent en route toute une galerie de personnages bizarres qui se divisent en deux catégories:les salauds,qui au mieux les ignorent et au pire se moquent d'eux ou les dépouillent,et les gentils,dont nos handicapés profitent honteusement quand ils ne les volent pas.Les rapports humains baignent dans l'amertume,régis par la loi du plus fort ou du plus malin,et les auteurs les dépeignent avec une complaisante cruauté,traitant tous les personnages avec une égale noirceur.La difficile situation des paralytiques est dénoncée mais Delépine et Kervern n'en font pas pour autant des victimes car les mecs,paresseux et irresponsables,se conduisent aussi mal que tout un chacun dès qu'ils en ont l'occasion.Ils ont en outre effectué un gros travail technique,mettant en place un style décalé aussi bien dans le scénario et les dialogues que dans l'agencement des scènes.On pense à Jacques Tati,avec ces héros qui s'expriment très peu.Ceux qu'ils rencontrent sont en revanche atteints de logorrhée verbale et parlent volontiers pour ne rien dire.La stupidité et la méchanceté sont aux commandes dans ce monde à l'ambiance délétère soulignée par les déprimants paysages,plats,déserts et désolés qui sont parcourus,et c'est renforcé par l'utilisation d'une image noir et blanc très graphique qui augmente l'aspect étrange et "film à l'ancienne" de l'ensemble.On pense beaucoup aux ambiances dispensées par la mouvance du nouveau cinéma belge,par exemple dans les oeuvres de Félix Van Groeningen,Bouli Lanners ou Jan Bucquoy,ces deux derniers jouant d'ailleurs dans le film.Chaque séquence est méticuleusement pensée afin de surprendre le spectateur en multipliant les détails insolites,les cadrages étonnants et l'utilisation du hors-champ et de la profondeur de champ,ce qui induit une évolution inattendue dans toutes les scènes.Exemple:deux ambulanciers discutent au comptoir d'un bistrot,filmés de face,depuis la position du barman.Au bout d'un moment,on s'aperçoit qu'il n'y a pas deux verres devant eux,mais quatre.Puis une main venue d'en-bas se saisit d'un des godets supplémentaires,puis une autre main s'empare du dernier.Il s'agit en fait de nos deux amis en fauteuil,invisibles derrière le comptoir.Autre exemple:les deux gars dorment sur une plage,toujours dans leurs fauteuils.En arrière-plan,on voit le camping-car de la famille allemande qui les a pris en stop et,en fond sonore,on entend le couple teuton qui a une discussion animée.A la fin de la scène,le véhicule démarre,abandonnant là les deux acolytes.On réalise alors que les braves gens étaient dans le camping-car et discutaient de l'opportunité ou non de continuer à transporter les deux pénibles.Et toutes les scènes sont construites selon ce principe,provoquant un plaisir à chaque fois renouvelé.Elles sont relativement longues et lentes,mais ce n'est jamais gratuit car elles sont à double détente et révèlent leur finalité tardivement.Les mecs atteindront finalement la Finlande,mais la conclusion sera cynique et décevante pour ces éternels losers.Delépine et Kervern jouent parfaitement leurs personnages,surtout le premier nommé,particulièrement inspiré.Les autres acteurs ne font que de courtes apparitions,mais elles sont remarquables,d'autant qu'on retrouve là le who's who du milieu culturel anarchiste.A commencer par les stars de la belgitude,avec Benoît Poelvoorde en spectateur de moto-cross à grande gueule,Bouli Lanners qui interprète,très bien en plus,le "Sunny" de Bobby Hebb,Jan Bucquoy qui,les fesses à l'air,prend la femme de Delépine en levrette,et l'ineffable Noël Godin,habitué des films de Bucquoy mais surtout connu en tant que Georges Le Gloupier,le célèbre entarteur,qui effectue ici son habituel numéro d'anar allumé.Mais il y a aussi Pierre Carles,le journaliste et documentariste fouille-merde,excellent en médecin fatigué et expéditif,Christophe Salengro,complice des auteurs dans "Groland" et autrefois habitué des photos choc d'Hara-Kiri,en pousseur de fauteuil,Jason Flemyng en motard anglais arnaqué et Aki Kaurismäki,le fameux réalisateur finlandais,en patron d'usine indélicat.Plus quelques authentiques champions de moto-cross.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 165 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

pierrick_D_ a ajouté ce film à 1 liste Aaltra

Autres actions de pierrick_D_ Aaltra