Absences remarquées

Avis sur Absences répétées

Avatar anthonyplu
Critique publiée par le

N'ayons pas peur des mots : voilà un chef d'oeuvre déchirant.
C'est une sorte de cousin Au Feu follet de Louis Malle avec cette solitude existentielle et son personnage dans une fuite en avant vers l'auto-destruction (sans oublier la présence de Jeanne Moreau) mais dans une approche moins distante, plus colorée et peu moins moins "cynique". Il est difficile d'en parler car Gilles en fait quelques choses de purement sensoriel et presque instinctifs dans ces procédés qui reposent une nouvelle fois sur un gros travail de découpage/montage, d'alternances couleurs/noir et blancs, de choix chromatiques et d'un recours très réduit à la parole.
Absences répétées est une sorte de cri du désespoir qui resterait coincé dans la gorge et qui finirait par devenir par redescendre en s’insinuant dans l'ensemble du corps humain, contaminant chaque veines, chaque pulsations cardiaques, chaque battements de paupières dans une longue agonie psychologique, au grand désespoir de ses proches qui se sentent impuissant.
Pourtant contrairement à ce que laisse supposer ma comparaison, le film n'est pas glauque, n'est pas misérabiliste et ne cherche pas à tirer des larmes. D'abord le travail de la mise en scène court-circuit l'aspect malsain et cruel de l'histoire et ensuite grâce à la sensibilité de Guy Gilles, croisement de pudeur, de retenue et de délicatesse. C'est le cinéma d'un poète adepte du spleen, d'un esthète, d'un é-coeur-ché vif.

Bon, celà dit, on peut tout à fait pleurer toutes les larmes de son corps lors (notamment lors des dernières séquences avec son douloureux parallèle)... ou réagir comme Yves Robert et ne pouvoir qu'exprimer qu'une résignation mutique face à quelque chose d'inéluctable quand bien même cela n'aurait rien de rationnel.

Le film est sorti dans la collection Gaumont à la demande et il va sans dire que je le recommande fortement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 959 fois
9 apprécient

Autres actions de anthonyplu Absences répétées