Numéro 2

Avis sur Accords & Désaccords

Avatar Angie_Eklespri
Critique publiée par le

    Quand Woody décide de nous faire rire encore une fois, on craint le pire du déjà-vu, l’overdose du film de trop. Je craignais le syndrome du bavardage à la Woody Allen. J’espérais que ça serait contrebalancé par la performance de Sean Penn, même le cabotinage, j’étais pour. Sean est bon. Il fait oublier les excès du maître, tellement il habite l’écran, le costard, la guitare. Il me laisse pétrifié, car je n’arrive pas à voir si il joue réellement ou pas. Et j’ai l’impression qu’il joue réellement, avec les bons doigtés ! Merdouille ! Sean c’est un génie. Très fort le gars ! En plus, l’histoire à la base originale, à pleurer de rire. Woody choisit de pousser le bouchon de l’originalité, en en faisant un biopic comique, avec des apparitions inattendues des vrais protagonistes qui donnent leur avis, comme pour nous rappeler que cette histoire, drôle et pathétique à la fois, est vraie… Ce film c’est donc un docu-biopic-fiction. L’anecdotique court pendant tout le film sans jamais se laisser rattraper par le ridicule, pourtant elle aurait put.

Les aventures d’un guitariste surdoué, excentrique et mégalo, le meilleur au monde, à un détail près qu’il y a un autre en France, qui est encore meilleur, et qu’on appelle Django Reinhardt. Et oui ! Manque de bol, notre héros est condamné toute sa vie à être le numéro deux. Il le sait, on le sait, le contraste est à la base comique, s’amplifie, et Woody en rajoute. Quand on voit Emmet Ray mettre tout le monde d’accord sur une scène, avec son swing, puis écouter des disques de Django dans son appart en pleurant…LOL.

   De par son jeu Penn, a choisit de rendre le personnage comique, alors qu’il est détestable au plus au point en réalité. Cynique, cleptomane, misogyne, lunatique, complexé, génial, égocentrique, avec un fond de désespoir qui se dévoilera peu à peu,  et le dévoilera de plus en plus. Il va porter comme un boulet son destin de numéro deux, car il y a cet autre, en France, qui est simplement fabuleux, plus que lui…comment il s’appelle déjà ?

  Il n’y a pas le défilé de stars habituelles, et ce n’est pas plus mal, ça nous aide à nous concentrer sur le sujet. Deux femmes, une simplette, follement amoureuse, jouée par une excellente actrice que je ne connais pas, je l’ai adorée dans le rôle, et une jeune Uma Thurman, pro comme elle sait déjà l’être, qui joue une intello. Sa première et sa deuxième femme, en supposant que tout soit vrai. C’est tellement romancé que ça doit être un tout petit peu vrai…

  Donc, quand Woody choisit de rester simple, comme parfois, il arrive encore à nous enchanter, nous emporter dans un monde où tout n’est que luxe, jazz, volupté, et rire. Petite histoire, désillusion comique, Sean Penn monstrueux, qui entraîne tout le monde dans sa chute, ses extravagances, son génie, jusqu’au moment où apparaît le vrai numéro 1, Django Reinhardt en personne...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 295 fois
1 apprécie

Autres actions de Angie_Eklespri Accords & Désaccords