L'AVIS DU PSYCHIATRE : Faux film de Science-Fiction, Vraie tragédie avec repli humain

Avis sur Ad Astra

Avatar Eric Malbos
Critique publiée par le

10/10 pour l'aspect visuel et musical mais 0/10 pour le message = 5/10... Le titre résume le relatif écueil de ce film : ce n'est pas un film de science-fiction comme Interstellar ou Inception mais une tragédie humaine dans la relation père-fils, une condamnation de l'imaginaire et une invitation au repli sur son espèce d'abord. L'aspect science-fictionnel n'est qu'un simple décor froid ou lointain et non un élément central.

Oui, aucun doute la production est riche, la mise en scène est de qualité, les scènes superbes, il y a des instants à couper le souffle, il y a aussi la noirceur visuelle omniprésente et envahissante ce qui est fascinant, la musique hypnotique et les acteurs jouent très bien. Cela mérite bien des éloges.

Mais il y a deux problèmes centraux :
--Un de genre. La science fiction aborde comme thématique centrale une vraie reflexion sur notre futur, une technologie avant-garde ou des phénomènes futuristes comme l'intelligence artificielle, les robots avancés, l'exploration spatiale, la rencontre extra-terrestre et leur civilisations originales, les phénomènes liés à l'astrophysique comme la relativité temps espace etc... L'aspect humain est bien présent naturellement mais se trouve à l'échelle de l'humanité ce qui permet d'élever le discours et présente une égale importance comme dans Interstellar. Or avec Ad Astra c'est l'inverse : la tragédie de la relation père-fils est ici l'élément central et le prétexte de l'ensemble du film.

Il en résulte que la science-fiction n'est qu'un ressort scénaristique et cela entraine de nombreuses incohérences comme l'absence totale de robots alors que cela se passe dans le futur. De nos jours (en 2019), la NASA a déjà elaboré les robots humanoides Robonaut 1 et 2 piloté par réalité virtuelle et qui permettent d'éviter aux humains d'encourir les risques que l'on voit dans le film. Franchement les scénaristes, un petit tour sur Google et vous l'auriez vite vu! Même votre stagiaire l'a remarqué... dans le terme science-fiction il y a science... tout ceci pour donner un exemple parmi d'autres de l'absence de reflexion sincère sur ce que le futur nous reserve vraiment.

--Un autre de fond : le message général est obtus et egocentré tout comme il condamne les rêves et l'imaginaire (par l'intermédiaire des idéaux du père). Il invite l'humanité à se replier sur soi, à cesser de chercher si loin dans la galaxie, à limiter nos rêves et finalement à partager "le fardeau" (je cite) de la vie et de ne pas se consacrer à ce que l'on ne voit pas : "L'absence" (je cite encore). C'est donc très reducteur, cela rabaisse le discours et ne permet pas d'éléver l'esprit et les idéaux humains comme le fait en général la science-fiction.

Car en réalité, c'est précisemement nos rêves, nos questionnement, notre quête du savoir et notre contemplation du ciel et de l'univers qui nous élève au dessus des tracasseries quotidiennes et des détails superflus de notre vie matérielle (la place de parking qu'on vous a pris à Auchan, les pannes, les caprices des voisins et des autres, les factures imprévues etc.). Ce qui nous rend plus grand en tant qu'être vivant est le fait que justement ce que l'on ne voit pas, cette absence, excite notre curiosité et nous pousse à aller toujours plus loin dans nos vies, à dépasser notre statut d'animal, à nous transcender, à progresser dans notre compréhension de l'existence et nos découvertes sur Terre comme dans l'espace...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 157 fois
2 apprécient

Autres actions de Eric Malbos Ad Astra