L’éveil du désir

Avis sur After - Chapitre 1

Avatar Fêtons_le_cinéma
Critique publiée par le

Qu’une œuvre à destination d’un public avant tout adolescent ose véritablement mettre en scène le désir sans le museler ni le vulgariser est une chose plutôt réjouissante et qui démarque cet After des productions lambda où règne tantôt la pudibonderie mielleuse tantôt la grossièreté ambiante (pensons à ce titre à la série Sex Education). Car les étapes relatives à la naissance de l’éros sont respectées et retranscrites avec ce qu’il faut de justesse pour que la relation amoureuse qui unit nos deux protagonistes principaux gagne en épaisseur et soit attachante, en dépit de son aspect conventionnel et prévisible. Depuis quand l’amour n’a-t-il plus le droit d’être stéréotypé ? Pourquoi faudrait-il moult retournements rocambolesques pour énoncer un « je t’aime » ? Non, le film fait le choix de la simplicité, de la banalité d’un amour dont la puissance érotique et la sincérité émotionnelle ne font aucun doute, envahissent l’image, servis par deux acteurs fort convaincants et à l’alchimie palpable à l’écran.

On pourra gloser la grande superficialité des corps représentés, canons esthétiques conformes à la mode d’aujourd’hui, ou alors y voir des supports aptes à recevoir les fantasmes du spectateur ; d’autant que la réalisatrice sait filmer les corps qui s’enlacent et se découvrent par petites touches, comme un peintre tâtonne sur sa toile et cherche ses couleurs avant de composer son œuvre. On prend un certain plaisir à suivre ce fantasme fait film que l’on sait illusoire, mais qui a le mérite d’aborder avec justesse et sans recourir au pédagogique discoureur des thématiques plutôt complexes – même la contraception, ce qui n’est pas une mince affaire ! –, de révéler la sexualité comme un trésor à préserver mais on ne peut plus naturel et qui a besoin de temps, d’écoute mutuelle et de tendresse. En comparaison de la bêtise congénitale de Fifty Shades et des productions teenagers actuelles, c’est déjà pas si mal.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 162 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Fêtons_le_cinéma After - Chapitre 1