Avis sur

After Earth par jaythrotule

Avatar jaythrotule
Critique publiée par le

Ce film m'évoque clairement quelque chose : le vide interstellaire... Alors oui, c'est un film de science-fiction, dans l'espace, mais c'est pas à ça que je pense... Au commencement, je ne voulais pas voir ce film. Et finalement, une envie d'aller au cinéma, les films que je voulais voir qui n'étaient pas projetés au bon moment. Rien à voir : je voulais voir Free Angela de Shola Lynch. Rien à voir. Mais After Earth promettait de traiter des problématiques que j'aime bien : quoi après l'humain, à cause de l'humain. On peut s'attendre à un imaginaire original. Il y avait aussi l'idée de deux personnes seules sur notre planète méconaissable, ce qui devait aussi permettre de belles images. Y'avait cette histoire de la bestiole qui ne détecte ses proies que par la peur etc... Et puis, je n'avais pas vu de Shyamalan depuis Le Village, et j'étais curieux de voir quelle serait la surprise de ce film, comme il aim(ait) en faire avant. Y'avait aussi la relation père/fils, le rite initiatique de passage à l'âge adulte. D'un point de vue narratif, les deux personnages en liaison radio fragile qui est un concept toujours aussi intéressant à notre époque. Enfin, plein de choses exploitables.

Rien de tout ça n'a comblé le vide de ce film, qui se résume ainsi [SPOILER]: un général américain et un novice (accessoirement son fils) se retrouvent seuls survivants d'un crash d'urgence sur la Terre abandonnée. Seul moyen d'appeler les secours : une balise de détresse tombée à plusieurs dizaines de kilomètre d'eux. Le général étant blessé, il envoie son fils activer la balise, tout en le guidant par une liaison radio et vidéo. Au milieu du chemin, ils se fritent parce que le fils est en pleine adolescence, et que le père n'accepte pas que son fils est en train de devenir un homme. Finalement, le fils retrouve la balise et on vient les sauver.[/SPOILER].

Autrement dit, zéro scénario. Une multitude de choses inutiles (le coup de la combinaison qui change de couleur en milieu hostile remporte la palme), maladroites et lourdes de sens (la bestiole pour personnifier la peur du monde adulte je suppose, l'amitié ridicule avec l'aigle géant...). Subtilité zéro. On savait que Shyamalan n'avait rien compris au principe du suspens, et bien là il s'est surpassé.

On va me dire : bhoa, c'est un film pour les jeunes, pour leur faire prendre conscience de la catastrophe écologique. Et bien je n'ai qu'une chose à dire : montrez-leur Wall-E !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 294 fois
1 apprécie

Autres actions de jaythrotule After Earth