👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Wolfgang Petersen, réalisateur de talent et plutôt rare, maintes fois récompensé pour ses films(1) carrés aux sujets originaux, s'attaque avec Air Force One au genre du "blockbuster". Où comment vendre son âme à Hollywood ! Eh bien, malgré cette faiblesse humaine et un scénario ridicule - mais inventif - force est de reconnaître qu'il s'en sort avec tout mon respect et livre un divertissement loin d'être con et de haute volée, c'est le cas de le dire...

Le scénario est à la base d'une niaiserie absolue tant l'histoire qu'il raconte est improbable, en plus de faire preuve d'un manichéisme primaire typiquement américain et insupportable. Jugez donc : le président des États-Unis est victime d'un piratage aérien dans son propre avion, Air Force One donc, pour avoir un peu trop joué au gentil sheriff dont la juridiction est le Monde entier. Ce faisant, il a foutu en rogne de vilains pas beaux terroristes, vils et pervers (forcément, ils sont méchants), qui entendent venger tous les oppressés du Tiers Monde. Bon, au départ c'est une simple vendetta personnelle, mais les dialogues virent très vite aux méfaits de l'Amérique dans le Monde.

Pour autant, sur cette base navrante mais prometteuse pour le spectacle à venir, l'intrigue a été suffisamment travaillée par les scénaristes pour proposer des scènes très fortes, tant sur le plan émotionnel que visuel. Con mais inventif, tel pourrait être le fil rouge de ma critique : comme l'action et le temps se déroulent dans l'espace d'un Boeing 747, les auteurs ont imaginé tout un tas de scènes bien documentées et très crédibles. Oui, on peut vidanger un avion en plein vol, oui, on peut échanger des coups de feu sans risques dans un avion blindé; oui, on peut faire de la tyrolienne entre deux avions. [Un Hercules a même été développé pour récupérer des hommes au sol avec un simple câble]. La pauvreté du scénario est donc largement compensée par le huis-clos forcément angoissant et les nombreuses scènes inventives, originales et palpitantes. Avec le bon goût d'un Piège de Cristal : le héros et le méchant communiquent régulièrement pour sauver/tuer les otages. Un duel au sommet entre deux hommes qui ne se connaissent pas et que tout oppose.

Pour autant, je ne pense pas que ces quelques éléments eut été suffisants pour faire de AFO un grand film. Plutôt concon, je l'ai dit, le film s'en sort surtout grâce à son casting et à la qualité du jeu des acteurs. Harrison Ford est parfait en président simple, boyscout un peu perdu mais vif comme l'éclair; et Gary Oldman lui tient la dragée haute avec un charisme malsain, sorte de synthèse parfaite du "syndrôme de Stockholm". On le déteste bien évidemment mais on finit par trouver que son combat à un sens et qu'on peut l'entendre. Bref, l'affrontement entre ces deux géants sortent le film de l'étiquettage série B auquel il était visiblement destiné. Et je n'ai pas assez de place pour citer toutes les pointures présentes et qui renforcent la crédibilité de cette oeuvre pourtant très superficielle. Au générique figurent donc au hasard : Glenn Close, Dean Stockwell(2), Xander Berkeley(3), William Macy, etc.

Enfin, blockbuster oblige, les effets spéciaux et les scènes homériques - d'autres diraient la débauche de moyens - valident le spectacle. La production ne s'est absolument rien refusée : fussillades entre la première et la seconde classe, onde de choc barotraumatique, décompression cabine, désarmoçage de circuits électriques, explosion d'un ravitailleur en vol, extraction aérienne, crash en mer... n'en jetez plus la coupe est pleine : c'est la totale ! C'est spectaculaire et vraiment bien fait.

Au final, bien que cette histoire soit totalement fantaisiste, on y croit pour la qualité de sa mise en scène, de son casting XXL, et de la débauche d'effets spéciaux. L'artisan germanique passé à Hollywood a donc su transformer un scénario relativement pauvre en un très bon divertissement, ce n'est pas rien. Tout en réussissant à soulever une question complotiste mais essentielle : peut-on renverser un président quand il est hors-sol, dans son avion ? Curieux mais bon, pourquoi pas... AFO fait partie de ces films dont on se fout royalement, mais si un soir y a rien de mieux à la télé, pour sûr je le regarderai encore une fois.

(1) Das Boot, Ennemy Mine, L'Histoire sans fin, Alerte !
(2) Mort la semaine dernière, paix à son âme.
(3) le tuteur légal de John Connor dans Terminator 2.
(rated 6/10 on IMDb le 14/09/2003) et j'ai donc changé d'avis...

Ramifraise
7
Écrit par

il y a 6 mois

1 j'aime

Air Force One
Torpenn
2

Papy fait de la résistance

Harrison Ford est mort en 1993. Après il continua tout de même à jouer dans quelques navets dont certains connaîtront même un certain succès outre-atlantique, mais personne ne pourra admettre que...

Lire la critique

il y a 9 ans

42 j'aime

9

Air Force One
Taurusel
3

America's the First, America's the Best, God Bless America !

Je suis le Président Américain et je n'ai peur de rien ! Les Etats-Unis ne négocient pas avec les terroristes ! Je suis le Président des Etats-Unis, et puisque vous avez pris mon super avion 1er de...

Lire la critique

il y a 10 ans

15 j'aime

8

Air Force One
Fatpooper
8

Manuel pour se faire élire pour un deuxième mandat en tant que président

Ha j'aime bien quand on demande à des réalisateurs allemands de faire un film patriotique américain. Ils y vont toujours tellement fort que c'est à se demander s'ils ne se fouteraient pas carrément...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

2

Crocodile Dundee
Ramifraise
9

Dundee dans le métro

La recette de Crocodile Dundee est on ne peut plus simple mais elle fonctionne parfaitement. Mélangez Tarzan à Roméo et Juliette, ajoutez-y un zest d'exotisme et de burlesque, et vous voilà en train...

Lire la critique

il y a plus d’un an

2 j'aime

Air Force One
Ramifraise
7

Piège de Cristal dans les nuages

Wolfgang Petersen, réalisateur de talent et plutôt rare, maintes fois récompensé pour ses films(1) carrés aux sujets originaux, s'attaque avec Air Force One au genre du "blockbuster". Où comment...

Lire la critique

il y a 6 mois

1 j'aime

Deux super-flics
Ramifraise
6

Le bon et la brute sont des truands

La formule est maintenant bien connue, le duo Bud Spencer et Terence Hill est bien rodé. Sans grande surprise donc nous allons plus ou moins apprécier les aventures de deux débrouillards que tout...

Lire la critique

il y a 9 mois

1 j'aime