Et les portes des ténèbres se sont ouvertes

Avis sur Alad'2

Avatar CineSeries.com
Critique publiée par le

C’est un joli mot génie, ça sonne bien et ça désigne beaucoup de choses. Le génie civil, le génie d’un artiste, d’un penseur. Il est question d’expertise, de beauté, d’humanité aussi. Dans ce deuxième opus des aventures d’Aladin – ou devrait-on écrire Aladdin, comme le dessin animé ? Le film s’en contrefout, d’ailleurs tout ce qui aurait rapport à l’écrit ou au langage dans Alad’2 est tourné en dérision.

On s’égare, et c’est sans doute la faute de cette comédie ratée dans les grandes largeurs. Le scénario très faible creuse de manière croissante dans la gêne, jusqu’au choix délibéré de faire n’importe quoi. On assiste à une succession de sketchs débiles, sans aucun second degré, sans aucune ambition, mesquins et nourris d’une culture publicitaire avec des mentions absurdes à EDF et Capri Sun.

Les rôles féminins sont réduits à la seule fonction de jolies potiches et c’est dommage car Vanessa Guide est une comédienne plutôt talentueuse et mérite beaucoup mieux. Les décors font carton-pâte (était-ce volontaire ?) et les effets spéciaux sont d’une qualité très moyenne. Mais où est donc passé tout ce budget ?

Le drame de cette production est que, en plus des gags ratés, de très mauvais goût, tous construits sur des arguments sexistes, homophobes, voire racistes, c’est tout le film en lui-même qui tourne en dérision le cinéma. Pour son plus grand malheur, Alad’2 veut s’aligner sur Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, avec ses cameo, le soleil méditerranéen, les références aux fictions populaires. Là où Alain Chabat réussissait un film fin et hilarant, ainsi qu’un hommage au célèbre petit Gaulois, Lionel Steketee bâcle le travail et humilie le héros du conte des Mille et une nuits. Dans une courte apparition, très proche de celle de Mission : Cléopâtre, Isabelle Nanty refait la blague du réseau. Dans une autre apparition, Gérard Depardieu reprend son rôle de Christophe Colomb dans 1492. Et puis Frédéric Lopez aussi, eh oui, pourquoi pas ? Que dit-on déjà de ceux qui osent tout ?

Dans cette entreprise de destruction, le réalisateur est bien aidé par son casting, et en premier lieu Kev Adams. L’acteur et sa grande popularité restent un mystère, et se préparent sans doute à un réel gâchis. Objectivement capable de comédies, populaires auprès des jeunes et très jeunes générations, ses « œuvres » sont limitées, à la limite de la pathologie. Comme dans Les nouvelles aventures d’Aladin, le récit sort tout droit de la tête de Sam/Kev Adams, de nos jours, récit qu’il conte à un enfant dans l’avion qui l’emmène à Marrakech pour récupérer la femme de sa vie. Une sorte de boucle scénaristique infernale.

Retrouvez l'intégralité de la critique sur CineSeries.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 194 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de CineSeries.com Alad'2