Pour une poignée de moutons.

Avis sur Albert à l'Ouest

Avatar Alfred Tordu
Critique publiée par le

J'entends dire un peu partout que le film serait une parodie mais pas du tout ! En fait Albert à L'Ouest n'est autre qu'un Western à la sauce McFarlane, de la même manière qu'un Django Unchained réalisé à la sauce Tanrantino.
Par conséquent le réalisateur ne s'amuse pas vraiment à détourner les codes du film de cowboys, il se contente juste de les utiliser de manière logique dans la plus pure tradition du genre cinématographique. Mais après je vous rassure quand même, au final ça reste bel et bien un film de Seth MCFarlane.

L'histoire ne fait que suivre le schéma classique de l'anti-héros trouillard et trop gentil qui va devoir surpasser ses faiblesses et ses peurs pour vaincre des méchants brutaux et regagner le cœur de son amour disparu, avant de comprendre que celle qu'il convoitait n'étais pas la bonne et que sa véritable âme-sœur était celle qu'il avait sous les yeux depuis le début à savoir, sa meilleure pote. On peut difficilement faire plus cliché. Le film ne s’embarrasse pas côté scénario, donc si vous cherchez à voir une histoire haletante, passionnante et surprenante, passez votre chemin. Si vous n'aimez pas les histoires prévisibles, vues un milliard de fois auparavant et mettant en scène des personnages clichés et peu approfondis, vous risquez de détester celle-là. Mais bon ça n'en fais pas non plus un mauvais film. Après tout Ted, malgré son concept de base restait lui aussi très classique et prévisible sur son scénario, et pourtant le long-métrage est une jolie petite réussite, pleine d'humour potache et désopilant.

Et moi c'est exactement ce que j'attendais avec ce film. Un truc simple mais rigolo et divertissant dans la veine de Ted et d'American Dad ! Seulement voilà, le résultat n'est pas franchement une réussite, la faute à une série d'erreurs non négligeables qui m'empêchent d'apprécier pleinement le film.

Déjà Seth s'est montré trop ambitieux sur ce coup. Si son talent de scénariste n'est plus à démontrer on ne peut pas en dire autant sur ses compétences en termes de réalisation. Il s'en étais bien sortis avec Ted parce que c'était un projet assez simple qui n'avez pas besoin d'une mise en scène trop élaborée. Ici avec Albert à L'Ouest, l'humoriste adopte la même réalisation téléfilmesque et sans âme que dans son précédent film, ce qui pour un Western est déjà nettement plus dommageable. De plus, l'univers dans lequel se déroule l'histoire pue le fake à 200%. Ça sent le polystyrène à plein nez, on y trouve des costumes fait maison avec de vieux habits achetés la veille aux puces, des décors en carton sans vie...Bref, du western Discout fait avec trois francs si-sous, alors que le budget s'élève à 40 000 000 $. Et je veux pas entendre d'excuses du genre : Oui mais c'est une comédie donc on s'en fous que les décors soient pas terrible...Non, Non, NOOOOOOOOOOOOOOOOOn ! Un film, c'est un film OK ! Peu importe dans quel genre vous le situait, si le rendu visuel n'est pas suffisamment travaillé pour qu'on n'y crois un minimum c'est que ses concepteurs n'ont pas assez donné de cœur à leur ouvrage ou que se sont tous simplement des incompétents et des feignants de première ! Si encore le film arborait une atmosphère parodique à la Scary Movie, je me serais montré plus compréhensif envers les décors en carton pâte, mais comme je vous l'ai expliqué tout à l'heure ce n'est clairement pas le cas ici.
En revanche je vous l'accorde, tous ça c'est du chipotage, car ce qu'il faut vraiment pour faire une bonne comédie ce sont de bons gags et de bons acteurs. Sauf que là aussi y'a des choses à redire.

Le film repose sur deux formes d'humour assez distincts :

-L'humour potache, vulgaire et scabreux. Je n'ai évidemment rien contre ce genre de blagues, je vous rappelle que je suis encore un adolescent ayant 13 ans d'âge mentale et que ce genre de gags me fait encore bien marrer quand c'est suffisamment bien maîtrisé et que ça sert le propos du film. Parce que ouais, la vulgarité mal utilisée ça peut vite devenir lourd et chiant. Par exemple dans South Park l'humour potache et vulgaire de la série est toujours utilisé afin d'appuyer des situations satiriques et pour permettre aux auteurs de renforcer leurs opinions sur certains sujets de société. Dans un autre registre, dans le film Fatal, au moment où l'on suit les traces de vomi laisser par Michael Youn durant sa soirée de cuite, ce n'est pas le vomi qui nous fait rire mais le fait qu'il forme un chemin que la caméra emprunte et qui finit par nous conduire directement à notre héros. De plus ce gag est loin d'être inutile car il permet de nous faire comprendre d'une façon assez drôle et originale que Fatal Bazooka est rentré chez lui complètement bourré, ce qu'un mauvais scénariste aurait résumer vulgairement par une scène de vomi live par exemple.
Malheureusement notre Western s'apparente d'avantage à un spectacle de Jean-Marie Bigard. Certains gags sont drôles, je ne dis pas le contraire, mais pour beaucoup ça sort souvent de nulle part et c'est juste lourd et inutilement dégueulasse. Il m'ai même arrivé de me sentir quelques fois mal à l'aise à certains passages, mais pas parce que j'étais choqué par ce que je voyais, non, juste parce que voir un mec chier 2 fois dans un chapeau se n'est pas drôle !!!! On a l'impression qu'ayant eu peur de son sujet peu attrayant qui aurait pu décourager les fans de l'humoriste, Seth s'est senti obligé de mettre les bouchées doubles niveau pipi caca. Il aurait dû rester au même niveau que Ted, qui lui fonctionnait vraiment bien sur ce point là.

-L'humour satirique. Mais attention, pas le genre de blagues satiriques critiquant la société ou le pouvoir en place, nononononon ! Le film se moque en fait des absurdités de la vie quotidienne au Far West durant cette période. Ainsi, de très nombreuses fois au cours de l'histoire, Albert et Anna comme ça, sans raisons apparentes, lâchent quelques vannes sur les trucs débiles qui perdurent encore dans les années 1880. Ce genre de vannes, prononcées façon comique de stand-up et donnant l'impression que les protagonistes sont parfaitement conscients d'être dans une oeuvre fictionnelle est un procédé particulièrement utilisé dans les séries d'animation telles que Les Simpson ou bien évidemment American Dad ! Ce qui marche bien en DA, donne un effet un peu bizarre ici. Mais je dois vous avouer que j'ai trouvé ce genre de blagues bien plus drôles que les gags pipi caca à la con.

Hormis ces deux types d'humour il y a également tous un tas d'autres gags reposant sur d'autres mécanismes humoristiques, mais ce sont globalement ces deux là qui dominent. Niveau poillade on a donc pas grand chose d'hilarant ici. Pour vous donner une idée, le truc qui m'a le plus fait rire ce sont juste les deux caméos What the fuck au milieu et à la fin de l'histoire.

Les acteurs ont cependant étaient très bien choisis. Chacun colle parfaitement à son personnage et offre une performance convaincante et amplement satisfaisante. Mention spéciale au couple de tourtereaux chrétiens, ainsi qu'à Maître Schindler (Liam Neeson) toujours génial en gros méchant rustre et con.
Par contre le seul soucis au niveau des comédiens n'est autre que Seth McFarlane lui même. Car c'est peut-être un comédien de doublage hors paire, mais ce n'est pas un bon acteur ! On s'en rend compte des les premières minutes et je pense qu'il a commis une grave erreur en s'octroyant le rôle principal. Son jeu n'est pas convaincant, il utilise toujours les mêmes expressions faciales et ne nous inspire pas vraiment de la pitié ou de la compassion.
Au passage, si vous comptez quand même aller voir ce film, évitez la VF qui est des plus cataclysmiques.

Pour résumer, ma note peut paraître un peu trop gentille vu tous les défauts que j'ai précédemment évoqués. Mais bon, faut malgré tous reconnaître que le film m'a bien fait rire à certains moments, qu'il se laisse regarder non sans déplaisir et que cela prouve que Seth McFarlane n'est pas qu'un comique à succès qui fait des films juste pour le pognon. C'est un cinéphile ambitieux qui a crus à son projet pourtant risqué et l'a emmené à terme jusqu'au bout. Donc même si le pari est raté, je lui pardonne et attend avec grande impatience la prochaine aventure de Marky et son ours en peluche.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 868 fois
13 apprécient · 2 n'apprécient pas

Alfred Tordu a ajouté ce film à 3 listes Albert à l'Ouest

Autres actions de Alfred Tordu Albert à l'Ouest