The Queen of Acheron

Avis sur Aliens : Le Retour

Avatar The Lizard King
Critique publiée par le

Cette critique fait partie de la liste "1 film, 2 montages (voire plus)".

Ce compte-rendu se divise en quatre parties:

1.Le film

2.Différences entre le montage cinéma et la version longue.

3.Un rapide coup d’œil sur le traitement écrit par James Cameron et David Giler & Walter Hill, en 1983.

4.Mon expérience perso dans le défunt ride Alien War de Londres.

  1. Le Film:

Main Title by James Horner:
https://www.youtube.com/watch?v=wnPJRJbVEIg

1983.

James Cameron est sur le point de monter son second projet (après la mauvaise expérience de Piranha II: The Spawning) mais son acteur principal doit honorer son contrat et s'envole vers l'Italie.
Ce projet se nomme The Terminator et son interprète Arnold Schwarzenegger est obligé de tourner dans Conan The Destroyer.

Cameron en profite donc pour se faire un peu de blé et écrit deux traitements scénaristiques:

  • Alien II en septembre 1983.

  • First Blood II: The Mission en décembre de la même année.

Deux suites attendues par le public grâce au succès surprise des deux films matriciels.

Concernant First Blood II, le projet sera repris en main par sa star Stallone et le script sévèrement remanié et politisé par le même Sylvester.

Pour Alien II, la suite semble incertaine...

1984.

The Terminator sort en octobre et est aussi un succès surprise.
Cela ne passe pas inaperçu aux yeux de Brandywine Production, la boite propriétaire des droits du film Alien.
Le trio Giler/Hill/Carroll convoque donc Cameron et lui propose de réaliser Alien II.

1985.

Après un peaufinage du traitement de 1983, la production est lancée et se déroule aux Pinewood Studios de Londres, ainsi qu'au sein de l'Acton Lane Power Station (ancienne centrale électrique, ayant aussi servi pour certaines scènes du Batman 89)

Comme pour son film précédent, il dessina la créature principale, soit Sa Majesté la Reine, créant ainsi un background biologique bouclant la boucle (Reine, œufs, inséminateurs, soldats) du cycle biologique des Xénomorphes.
N'ayant aucunement l'envie de faire dans la redite, il créa donc ce Royaume dans les profondeurs des bâtiments d'Hadley's Hope et prit comme exemple la "société" des fourmis.

Multipliant les soldats **Xéno** sous une nouvelle apparence distincte, **Cameron** imagina un design complexe et incroyable pour cette fameuse **Reine**, devenue l'un des plus beau "monstre" de l'histoire du cinéma.

Il la magnifie lors de sa première apparition:

La caméra suit le point de vue de **Ripley** et panote lentement sur le tube ovipare puis se fini sur une forme indistincte.

Nous devinons une vague forme Xeno avec une tête d'où semble pendre des choses.

Plan suivant, nous voyons de dos Ripley face à une silhouette immense au contours indéfinis.
La tête ressemble à un ornement vertical (comme les divinités Égyptiennes) et de part et d'autres, il semble s'y trouver des "os" gigantesques...

Cameron l'impose au centre du cadre - forme abstraite et menaçante - dans un rétro-éclairage bleuté.
La scène est silencieuse, seulement rythmée par le bruit organique du tube ovipare et de la respiration de la Reine...

Puis lorsque celle-ci "prend vie" et déplie ses membres (et par la même sa mâchoire), nous comprenons qu'elle est adossée sur son trône.
Elle parait être une araignée gigantesque, au centre de sa toile...

Avec l'apport de ce personnage iconique, **Cameron** s'affranchit totalement de la vision de **Scott** (sans pour autant la renier) et multiplie les dangers.
C'est d'ailleurs ce que reprochent beaucoup de fans du **Scott**.
Mais hey!, vous vouliez que **Alien 2** soit un calque du premier, avec un **Xeno** vs **Ripley** ? Où est donc l'intérêt de refaire la même chose dans une première suite, je vous le demande!

**AlienS** est d'ailleurs un titre intelligent, puisqu'il précise d'emblée que cette fois-ci, il y aura une multitude d'**Alien**...

Bref, je ne reviendrai pas sur la relation mère-fille de **Ripley/Newt**, ni sur les autres qualités de ce film.

D'autres l'ont déjà fait, mais vous aurez sûrement compris que cet AlienS est un film important pour moi.

Oh, btw...il est fort intéressant de noter qu'à l'extrême fin du générique (les dernières secondes) on peut entendre comme un son organique rappelant l'ouverture d'un oeuf...
Je ne pense pas que ce soit innocent et ce, même si je ne sais pas si Cameron l'a intentionnellement mis là pour une raison ou même s'il l'a jamais entendu (car après tout, il s'agit ici du mixage sonore).
Quoi qu'il en soit, c'est présent autant dans le montage ciné que dans la version longue, so...

  1. Différences entre le Theatrical Cut (TC) et la Special Edition (SE).

Ce qui suit concerne donc les scènes réintégrées par Cameron ,pour l’Édition Spéciale:

  • lors de la discussion entre Burke (Paul Reiser) et Ripley (Susan Weaver) dans la station spatiale Gateway, il y est question du décès d'Amanda (sa fille),

  • une longue scène se passant sur Hadley's Hope (colonie de terraformage sur LV-426), nous présente la vie quotidienne ainsi que la famille Jorden - dont Rebecca "Newt" (Carrie Henn) - qui demande si tout objet trouvé à l'extérieur des murs leur reviendrait de droit.
    Devant l'affirmative, les 4 membres de la famille se dirigent vers le fameux "Derelict" (l'épave où furent trouvés les œufs Alien, dans le film de Scott).
    Le père de Newt en reviendra avec un Facehugger en guise de masque...

  • A la fin de l'interrogatoire de Ripley par le Conseil, l'on peut entendre Van Leuwen annoncer que la licence de pilotage de l'accusée a été révoquée et que Ripley est sommée de faire une évaluation psychiatrique et qu'enfin, aucune charge n'est retenue contre elle,

  • Lors de l'entrevue dans l'appartement de Ripley où se trouve le Lieutenant Gorman (William Hope) et Burke, celle-ci pose une question à ce dernier et lui demande quel est son intérêt personnel pour la Colonie d'Hadley's Hope.
    Burke lui répond simplement que c'est à cause de l'investissement de la Compagnie (Weyland -Yutani) envers LV-426,

  • Après le plan d'introduction du Sulaco, le montage s'attarde sur l'intérieur du vaisseau endormi,

  • lors du largage de la navette hors du Sulaco, Hudson (le regretté Bill Paxton) vante les mérites de l'escouade des Marines à Ripley et lui déclare que la navette contient toutes sortes d'armes, du couteau à l'arme nucléaire,

  • lorsque les passagers de la navette débarque sur Hadley's Hope, une scène montrant Hudson et Vasquez (Jenette Goldstein) qui explorent un labo et détectent des mouvements. Il s’avèrera que ce n'étaient que des hamsters dans leurs cages,

  • tandis que les Marines sont à l'intérieur de la Colonie et que Burke, Gorman,et Bishop (Lance Henriksen) pénètrent y pénètrent à leurs tours, on voit Ripley hésitant à les suivre, une appréhension compréhensible l'étreignant à l'idée de rencontrer à nouveau un Xenomorphe.
    Hicks (Michael Biehn) lui demande si tout va bien, elle acquiesce puis entre à son tour,

  • pendant l'inventaire dans l'épave de l'APC (le véhicule blindé), Hicks mentionne les 4 robots sentinelles,

  • conséquence logique, la scène où Ripley et les Marines examinent les plans de la Colonie et mettent au point une stratégie de défense contre les Xenomorphes, les robots sentinelles sont à nouveaux mentionnés,

  • toujours dans cette même continuité, les scènes où Hicks installe les robots sentinelles puis celle où Hudson et Vasquez font un test en balançant un morceau de métal au-devant, ont été réintégrées,

  • juste avant que Ripley n'emmène Newt à l'infirmerie pour se reposer, un plan nous montre les robots sentinelles scannant silencieusement les couloirs,

  • quand Ripley couche Newt à l'infirmerie, toutes deux ont une discussion sur la naissance des bébés. La fillette lui demande si les bébés humains naissent de la même manière que les Chestbusters, puis elle poursuit en demandant à Ripley si celle-ci a eue elle-même un enfant. Ripley lui dit qu'elle a une une fille mais que celle-ci est partie.
    Newt lui demande si elle est morte, mais Ripley change de sujet en lui expliquant le fonctionnement du bracelet localisateur et le lui donne,

  • un débat oppose Hudson et Vasquez sur le terme de "ruche" - amené par la discussion sur le cycle Alien et le fait qu'il y est peut-être une Reine - qu'Hudson attribue (à tort) aux fourmis et Vasquez de le tancer en disant que cela ne s'appliquerait qu'aux abeilles,

  • après la confrontation entre Ripley et Burke, une séquence montre les Aliens tenter une percée dans les tunnels de service, mais sont repoussés par les robots sentinelles,

  • après que Vasquez ait scellé le conduit d'aération où se trouve Bishop, les Aliens mettent à l'épreuve les deux autres robots sentinelles,

  • et enfin, lorsque Ripley décide de quitter la navette pour aller rechercher Newt, elle se tourne vers Hicks et lui dit au revoir.
    Celui-ci lui dit que son prénom est "Dwayne" et Ripley répond alors "Ellen"...

    1. Original treatment by David Giler & Walter Hill and James Cameron (21 septembre 1983).

C'est après avoir lu le script de The Terminator en début d'année que Larry Wilson (un responsable de Brandywine) le fit passer à David Giler, qui l'apprécia tout de go.
C'est ainsi que Jim fut embauché pour écrire ce fameux traitement de 45 pages (A4, donc).

Étant donné que c'est un traitement (soit un condensé donnant l'idée générale de la future trame scénaristique), il n'y a quasiment aucun dialogue et certaines idées seront développées plus tard, voire disparaitront du rendu final.

Je vais donc référencer ce qui a disparu du script final et ce qui n'a pas encore été créée, via ce fameux traitement (que j'ai évidemment sous la main):

  • Lorsque Ripley se réveille à l'hôpital de la Station Bêta (qui deviendra Gateway), on lui apprend alors:

    1. qu'elle a dérivé dans l'espace pendant 60 ans (57 dans le film),

    2. que sa fille a 70 ans. (donc toujours vivante)..

Ripley s'empressera donc de la contacter au vid-phone (l'ancêtre de notre Skype, quand même !) et...ce sera la conversation la plus malaisée de toute sa vie.
Sa fille lui reproche en effet de l'avoir abandonné pour sa carrière dans l'espace, de plus elle est jalouse de voir sa mère inchangée alors qu'elle-même est envahie par l'arthrite...

Il est à noter que c'est Gorman qui insistait auprès de Ripley pour le voyage sur Acheron et non Burke (qui d'ailleurs s'appelait O'Niel dans le traitement).

La séquence du réveil dans le Sulaco est ici simplifiée à l'extrême et donc pas de blagues vachardes entre Hudson et Vasquez, aucune relation étroite et fraternelle entre Vasquez et Drake, pas de scène de diner avec le "bon" pain de maïs, pas de jeu du couteau avec la main de Bishop.
Concernant la nature de ce dernier, elle est révélée à Ripley par...le tableau de service, tout bêtement !
Elle attrapera alors Bishop et lui demandera pourquoi la compagnie l'a mis sur cette mission, il répondra que c'est parce que les androïdes ne peuvent pas mettre en péril la vie des autres.
Ripley ne répondra rien et repartira...

Pas de découverte des Facehuggers en tubes de stase dans le labo de la mine et donc pas de jump-scare avec O'Niel (Burke).

Newt est récupérée par Hicks, alors que Ripley est toujours à l'intérieur de la navette de débarquement, donc pas de premier contact peur/tendresse comme dans le script final.

Lors du showdown sous le réacteur, aucune mise en garde concernant le circuit du refroidissement du dit réacteur et donc pas de collecte de munitions, Drake ne survit pas au contraire du Sergent Apone, qui semble avoir été paralysé par une piqûre de Xeno...

Aucune scène de tension entre Burke, Ripley et Hicks sur le fait de balancer une charge nucléaire sur Acheron, puisque pas de Burke ou assimilé dans le traitement.
C'est Gorman qui indique à son équipe (ce qu'il en reste, du moins) que ça va être la dernière étape pour se débarrasser des Xenos...

Hay (appelé Spunkmeyer dans le film) ne met pas la main dans l'humeur visqueuse du Xeno en embarquant dans la navette, mais tombe nez à nez avec le dit Xeno, avant que celui-ci n'aille achever la pilote Ferro, entrainant le crash de la navette.

L'APC (Armored Personnel Carrier, soit le véhicule blindé) est toujours en état à ce stade du récit et il sert donc à rapatrier les survivants jusqu'au complexe minier. Les voici:
- Ripley,
- Newt,
- Vasquez,
- Hudson;
- Hicks,
- Gorman
- Dietrich.

Bishop - quant à lui - est toujours à bord du Sulaco. Il n'est donc jamais descendu sur Acheron jusqu'ici.

Pas de scène dans l'infirmerie (exit donc, la scène intimiste entre Newt et Ripley et la vie et la mort et les monstres réels, ni trahison de Burke, ni Xenos tombant du plafond.
Juste une attaque éclair qui font qu'Hudson et Apone sont séparés du reste du groupe.

Bishop indique aux survivants qu'il sera à même de reprogrammer l'orbite du Sulaco ainsi qu'une navette de secours en moins de six heures.

Plus tard, Hudson contactera Hicks par radio et lui apprendra que:

  1. il est prisonnier d'un cocon Xeno,

  2. il y a un Xeno plus gros que les autres...

Puis, il meurt...

La petite équipe cherche donc une navette de la compagnie, mais la seule restante est inutilisable. Nouvelle attaque des Xenos et Dietrich, Vasquez et Gorman ne survivent pas.

Bishop annonce à une Ripley abasourdie qu'il ne peut les récupérer à cause d'une Commande Interne de Quarantaine l'empêchant d'atterrir.
Comme il n'est qu'une machine obéissante aux règles de la dite Compagnie, il ne peut enfreindre ce fameux règlement.
Ripley est furax.

Le trio Ripley/Hicks/Newt s'enfonce alors dans les profondeurs du complexe pour tenter de trouver quelque chose pouvant les aider...

...mais ils sont capturés par les Xenos !

Ripley se réveille dans la chambre d'incubation des œufs et aperçoit un Drone l’engluer progressivement dans un cocon.
Ce Drone est une version albinos plus petite que les Guerriers et la résine sort d'une trompe (rappelant celle d'une mouche) en lieu et place de la fameuse "langue dentée" des dits Guerriers.

En parlant des Guerriers, l'un d'eux se rapproche de Ripley - qui vient d'apercevoir Hicks et Newt eux aussi englués - et le ventre de celui-ci s'ouvre et un organe ressemblant à une langue segmentée (traduit tel quel) qui se termine par un aiguillon noir.

La vue de cette chose horrible secoue alors une Ripley qui - après moult contorsions dans sa gangue visqueuse - réussit à agripper son arme et tirer dans l'abdomen du Guerrier, puis réussit à se sortir de l'amas de résine gluante.

Hicks lui crie de libérer Newt au plus vite et alors que Ripley s'apprêtait à faire de même pour Hicks, elle L'aperçoit.

"Qu'est-ce qui est plus grand, plus méchant et plus terrifiant qu'un Alien ? Sa mère." (Traduit littéralement d'après le texte de Cameron.)

Instinctivement, Ripley prend une grenade à sa ceinture, l'active puis la jette sous le tube de gestation de la Reine d'Acheron.
Tous les Xenos présents deviennent fous et s'agitent en tous sens (comme des fourmis, donc). Ripley soulève le corps inerte de Newt (toujours dans les vapes) et Hicks lui intime l'ordre de partir à l'instant et de ne pas s'occuper de lui.
Ripley hésite.
Il insiste.
Elle s'incline.

En rebroussant chemin, Ripley trouve une autre navette de la Compagnie, s'y engouffre et met les plein gaz.
La scène suivante est celle que l'on voit lors de l'explosion de LV-426, moins Hicks et Bishop (l'un vient de mourir atomisé et l'autre est retourné sur le Sulaco).

La fin du traitement est juste une version simplifiée de celle du film, donc rien de notable, si ce n'est évidemment l'absence de Hicks, puisque mort...

  1. *Myself vs Alien War at London, may 1994:

Je vais vous conter l'aventure que j'ai eu le rare privilège de vivre.

C'était donc en Mai 1994.
Alors en voyage scolaire en Angleterre, je flânais dans les niveaux inférieurs du Trocadero, au centre de Londres.
Et là, mon cœur s'est emballé...
J'étais parvenu au Saint des Saints de l'univers Alien...

Revenons en 1993.

La Fox et Sigourney Weaver présentaient à un public surexcité, un ride unique de par son concept.
En effet, un petit groupe de 1 personnes (prix du ticket: 6£ et des brouettes) encadré par des Marines, doivent rejoindre la sortie à l'autre bout d'un dédale de tunnels, où se cachent évidemment des Aliens...

La nouveauté étant que ce n'est pas un ride où on est passif.

Ici, on ne peut que courir pour échapper aux Xenomorphes (cardiaques s'abstenir).

Alien War devint alors un phénomène mondial et même H.R Giger enverra ses félicitations aux créateurs. O
Outre le ride "live-action interactive", se trouve une exposition permanente présentant des éléments provenant de la saga Alien en général, mais d'AlienS en particulier:

  • la maquette au 1/5e de l'APC,

  • un caisson d'hypersommeil,

  • des Facehuggers en stase et j'en passe.

Mais la plus belle pièce vous toise de ses 4m26 de haut: la Reine Alien elle-même !

Et j'ai vu de mes yeux vu cette splendeur gothique dressée devant votre humble Narrateur, effet garanti je vous le dis !

Malheureusement, tout prit fin lors d'une rupture de canalisation, qui causa une inondation destructrice sur le site.

Alien War est officiellement mort en Août 1996.

Plusieurs tentatives de ré-ouvertures dans d'autres lieu se firent, mais sans la magie et le décorum d'Aliens...

Mais trêve de blablah, voilà comment c'est passée mon expérience inoubliable:

Comme pour tous rides, il faut patienter avant de se lancer dans l'aventure. Je suis donc en compagnie d'autres personnes et nous sommes à proximités d'une banale double-porte blanche, en face de l'expo Alien Props".

Après quelques longues minutes d'anxiété, le groupe précédent sort enfin et leurs visages reflètent bon nombre d'émotions: terreur, rires nerveux ou émerveillement. Mais le plus souvent, c'est tout ça réunit.

Votre Narrateur et son groupe s'introduisent dans le complexe de la Weyland-Yutani (oui, c'est indiqué sur une plaque murale à l'intérieur).

Nous sommes rudement accueillis par un Colonial Marines (un acteur vêtu comme ceux du film) et nous commençons à avancer dans ce corridor somme toute banal baigné par un éclairage froid...

Le Marines nous aboi quelques précautions d'usages, lorsque soudain une alarme retentit bruyamment.
Nous recevons l'ordre de longer les murs.
Puis le silence se fait...

Brusquement dans notre dos, un jet de vapeur s'échappe et nous masque l'endroit d'où nous venons.
Mon cœur s'emballe...
Puis, nous avançons prudemment et sans bruit le long du corridor.

Tak! Tak! Tak!

Les lumières s'éteignent les unes après les autres et il ne reste plus que des stroboscopes pour nous permettre d'entrevoir quelque chose (épileptiques interdit dans le ride).

Et puis là-bas dans le fond, il me semble apercevoir une silhouette...
Mon sang se fige dans l'instant.

Les strobos continuent de clignoter.
Nous avançons.
Le silence (et ma respiration saccadée se joint à celles des gens de mon groupe).

  • "WATCH OUT"!!,! hurle le Marines et là, un guerrier Alien fond sur nous dans la lumière hachurée des stroboscopes!

Le Marines fait feu (les flashes de l'arme ajoutent encore à l'ambiance d'urgence des strobos)!
(A savoir que les effets sonores des armes proviennent de la banque de données utilisée dans Aliens).

-"RUN! RUN!", hurlent les Marines en tirant des rafales dans l'obscurité.

Et voilà qu'un autre Alien apparaît derrière nous !
Il essaie même d'attraper le gars à ma gauche !!

Putain, on court comme des lapins et on arrive dans une zone...

Ooh mon dieu !!!
Il y a des œufs Alien de partout !

Et là-bas, ne serait-ce pas...la Reine herself ?!!

Pas le temps de s'attarder, ça canarde de partout, les gens crient (et moi aussi, putain ! moi aussi !!).

On arrive vers une sorte de capsule monorail où se trouvent des sièges (comme dans une rame de métro) et un ascenseur se trouve à notre gauche.

A peine arrive t-on à reprendre notre souffle, qu'un Alien crève le plafond et tombe juste à côté de nous !

L'un des Marines arrive à temps et le fait fuir en tirant comme un Rambo sur des communistes...
Les autres Marines arrivent aussi sec et nous entassent dans l'ascenseur grillagé.

On est serrés comme des sardines et je regarde l'un des gars de mon groupe qui reste contre la porte..

  • "Barres-toi" je lui crie (mais comme je ne parlais pas anglais à l'époque, ben il a pas compris..). L'ascenseur se met à bouger mais je remarque avec une (vraie) terreur que c'est les Aliens qui le font bouger et..

OH PUTAIN!!!

Le gars contre la porte vient de se faire choper par un Alien et il est emporté !

  • "RUUUUN" hurle l'un des Marines et on court le long du corridor...
    Et on court à perdre haleine et on pousse une porte et...

On est revenu à Londres, non loin de Picadilly Circus.

Le ciel est bleu (eh oui, j'ai été chanceux ce mois de mai 94), le soleil brille et je viens de vivre l'expérience la plus géniale effrayante de ma vie.
On se regarde tous avec des sourires d'extases et une légère gêne, vu qu'on a couru, crié et surtout mordu à l'hameçon comme des gamins...
C'est un moment inoubliable.

J'étais aux anges et j'ai encore le ticket d'entrée, 25 ans plus tard.
Une relique de ce temps qui n'est plus.
Une relique de ce ride exceptionnel qui n'est plus...
...excepté dans ma mémoire!

Alien War Documentary:
https://www.youtube.com/watch?v=74yDxJj73sU

  • "This is Lt Lizard King, last survivor of Sulaco, signing off..."

Resolution and Hyperespace by James Horner:
https://www.youtube.com/watch?v=4yoqAuBlaGU

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 517 fois
21 apprécient

The Lizard King a ajouté ce film à 23 listes Aliens : Le Retour

Autres actions de The Lizard King Aliens : Le Retour