Ça fe-rrailler

Avis sur Alita : Battle Angel

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Bof, pas vraiment convaincu. Je ne suis pas fan du manga ; j'en ai lu quelques tomes quand j'étais ado (il y a 15 ans), j'ai pas vraiment accroché et je me suis arrêté là. Je n'étais donc pas forcément inquiet en apprenant que Cameron et Rodriguez avaient décidé de réaliser cette adaptation ensemble.

Rodriguez affirme humblement qu'il s'est laissé porter par Cameron au niveau de la réalisation, qu'on reconnaît la patte du cinéaste-trop-occupé-à-se-quicher-la-nouille-sur-Pandora, plus que celle du type-qui-a-fait-un-court-métrage-qu'on-verra-que-quand-tout-le-monde-sera-mort (et heureusement parce que ça paraîtra sûrement très daté donc les quelques survivants passeront certainement l'arme à gauche en voyant la débauche d'effets spéciaux dépassés depuis longtemps). Ben je suis pas d'accord. Sans jouer au grand fan de Cameron, moi, j'ai pas trouvé la fluidité et l'intelligence scénique, le découpage et le montage rendant une scène d'action jubilatoire propre à Cameron. C'est moins fou-fou qu'un Rodriguez pur jus, ça oui je suis d'accord, mais on retrouve malgré tout des choses très Rodrigueziennes et de temps en temps un truc où on se dit que ça aurait pu être une idée de Cameron mais c'est tellement mal monté que ça passe plus pour du sous-cameron, avec un côté un peu Z, un peu trop con-con.

L'intrigue n'est pas terrible : la mise en place est à la fois lente et vite expédiée. C'est-à-dire qu'il se passe plein de choses en peu de temps, mais ces expositions sont finalement assez creuses. Quelques scènes d'action qui auraient pu être bien si les auteurs avaient pris plus de temps pour les développer. Au final c'est assez convenu. Et l'on a du mal à saisir les enjeux principaux : on nous présente un univers, des personnages prennent des décisions, mais ça manque de scènes pour qu'on ressente vraiment le poids de ces décisions. Par exemple, à un moment, l'héroïne déclare que les méchants sont après eux et qu'il faut donc s'unir... sauf que les attaques des méchants sont peu nombreuses à ce moment du film et qu'au vu de son apprentissage de la vie, on a du mal à croire qu'elle ait ce discours (si au moins les auteurs avaient joué avec la naïveté du personnage mais même pas). En fait, s'il n'y avait pas les scènes des méchants (qu'on pourrait facilement couper du film), on aurait vraiment du mal à comprendre quel est l'objectif principal. Les conflits ne sont pas très palpitants car on a rarement peur pour l'héroïne, même lorsqu'elle est sur le point de se faire tuer ; le fait est, elle sort ses super pouvoirs comme un vilain deus ex machina, c'est-à-dire que c'est trop facile de toujours faire ça. En plus, les combats face au même adversaire ennuient, on sait que c'est un gros lourd pas doué, on ne comprend même pas pourquoi les méchants n'envoient pas d'autres tueurs aux trousses de l'héroïne, car clairement il ne fait pas le poids (même quand il manque de la tuer, on continue de se dire que c'est un gros nul).

La mise en scène ne m'a pas convaincu. Les effets spéciaux ne sont pas géniaux : ça sent le faux constamment et le mélange avec les décors réels est un peu kitsch : trop grosse différence entre les quelques rues reconstituées avec de accessoires et les vues aériennes et numériques de la ville. De même les créatures rappellent trop le jeu vidéo et l'on ne sent pas assez le côté robotique ; pour Alita, qui a un aspect humain plus poussé, ça ne fonctionne pas non plus, ça sent trop le numérique. En plus, le réalisateur a tendance à trop filmer ses expressions, comme pour indiquer qu'elle est aussi expressive qu'un être humain. Mais non, ce n'est pas le cas, tout paraît trop exagéré et ça fait tache par rapport aux autres acteurs interprétants des robots et dont le visage est partiellement intact, car ce sont de vraies expressions qu'ils fournissent, c'est donc plus convaincant que ce que l'héroïne, au mécanisme plus avancé, peut offrir.

Les explosions, les combats, les courses (purée mais c'est quoi cet hommage à Rollerball?) ne m'ont pas donné beaucoup de frisson, car c'est principalement... de l'animation. Si tout le film avait été de l'animation, ça aurait pu être chouette, mais là, trouver de l'intérêt dans des chorégraphies numériques où les performances d'acteurs sont réduites au strict minimum, ça ne m'enchante pas vraiment. Surtout que ça manque un peu d'inventivité je trouve, tout 'ma paru être du déjà vu. Seule la dernière course m'a paru un peu plus chouette, mais bon, ça reste de la bouillie numérique, pas la plus belle animation qui soit. Dommage parce que le design des créatures est assez chouette. Mais à nouveau, le rendu numérique est faible, il manque la texture métallique (comme dans Terminator 1 par exemple).

L'action est lisible, et c'est tout à l'honneur du réalisateur. Malheureusement, c'est aussi un peu mou ; certains gestes ne sont pas forcément ralentis mais sont lents, du coup ça donne l'impression que l'héroïne et ses adversaires ont une vitesse irrégulière, qu'ils peuvent être très rapides mais aussi très lents. Juste poèur que l'action soit lisible. Le montage est aussi problématique par rapport au rythme du film : certains plans sont trop longs : des plans sur le visage d'Alita mais aussi des plans plus symboliques (quand Waltz découvre le robot au début du film par exemple, c'est très mécanique) ; ce genre de choses casse le rythme du film.

Et si l'action est lisible, par contre les ellipses proposées pour que le film ne paraisse pas trop violent sont très mal pensées. Soit j'ai regardé une version censurée, soit c'est vraiment la pire manière de camoufler la mort d'une petite fille ou d'un petit chien... même certains plans plus violents durant les combats (en fait dès qu'un humain morfle), sont assez pauvres, car on ne sent pas une subtile utilisation du hors champ, non, on a juste l'impression qu'il manque un plan. Comme s'il avait été tourné mais que sur la table de montage, on s'était dit, pour aller plus vite, qu'on n'avait qu'à retirer ce plan plus gore et allonger un peu celui d'avant et celui d'après. Pareil pour le sang assez peu présent. Je ne désirais pas un film forcément gore, mais juste une manière plus intelligente de le cacher si vraiment ils voulaient que ce soit ouvert à un plus large public. Les machines ne bénéficient pas de ce traitement de faveur, mais ça reste tout de même assez soft et parfois ponctué de mouvements de caméra malvenus (un petit zoom numérique quand un tel se fait broyer, youhou).

Les angles de vue ne sont pas toujours terribles. Parfois ça fait un peu Z, un peu con. C'est une histoire de découpage, le plan paraît con par rapport au contexte, par rapport à ce que ça raconte. Le tout manque de subtilité, d'un travail de caméra plus efficace. Quand le couple doit éviter ce système de protection à la fin, j'ai rigolé tant c'était grossièrement amené, tant les plans destinés à émouvoir étaient maladroits (et le moment clef surtout, une scène numériquement trash).

L'univers est sympathique mais pas assez exploité au final. C'est du steampunk sans âme, on a du mal à s'imaginer d'autres rues que celles présentées. Et ces mêmes rues manquent un peu de personnalité, tout paraît basique, un sorte de fourre-tout de tout ce qu'on a vu ces dernières années. Les acteurs font un boulot correct mais sans plus. On aurait remplacé ces acteurs là par d'autres, le jeu aurait été le même, aucun n'arrive à amener un petit quelque chose de personnel. Il n'y a qu'Alita qui est très expressive mais c'est surtout un travail numérique... et allez, on va dire que le plus marquant, au final, c'est le méchant chasseur de prime. Pour les autres, stars ou pas stars, c'est du mode automatique. La musique ne m'a pas vraiment marqué.

Bref, pas vraiment convaincu. Je ne me suis pas beaucoup ennuyé, mais j'ai trouvé le film assez vain et pauvre. Dommage y avait du potentiel, c'est râlant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 216 fois
2 apprécient

Autres actions de Fatpooper Alita : Battle Angel