👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Festival Sens Critique, 12/16

J’aurais pu faire un jeu de mot pathétique dans mon titre, qui aurait donné « ether-minable », mais c’eût été un peu trop méchant.

Ce film est assez singulier, difficilement notable.
Les reproches sont nombreux : c’est assez foutraque, toutes les parties filmées par les personnages dans une esthétique « found footage » sont assez dispensables et pénibles à suivre, l’ensemble est très composite et franchement long (2h30, tout de même.). Les ellipses et les scénettes qui ne sont pas forcément reliées entre elles ajoutent à la confusion générale, certes volontaire, mais qui n’ont pas toujours une grande cohérence. On a du mal à s’attacher à des personnages dont on ne comprend pas toutes les motivations et les revirements, et le sentiment pointe de temps à autre de se trouver face à du presque n’importe quoi élevé qui se légitimerait par une pose arty. Et ça, ça m’énerve.
Ceci étant posé, il faut reconnaître au film certaines qualités. L’alternance entre la vie officielle des personnages reclus et leur chat en ligne est assez touchante, car elle donne à voir l’invisible de leur souffrance et pousse à prendre en considération ceux qui se taisent.
Car le propos le plus intéressant du film est bien là : donner à voir la cruauté du monde adolescent. Prostitution, racket, harcèlement, humiliations, tout l’éventail des sévices est déplié, témoin d’une société malade où les adolescents dictent aux adultes déboussolés leurs conditions. Cela occasionne de belles scènes, soit en intense retenue (Kuno debout au piano face à la chorale) ou en déchainement de violence.
Autre intérêt du film, son titre déceptif : de cette chanteuse qui obsède les adolescents, nous ne saurons que peu de choses, et sa musique elle-même ne vient que très tardivement, lorsque le récit s’intensifie vers la tragédie.
Le discours fumeux sur l’éther prend ainsi sens : c’est vers l’immatériel, la musique, le silence, la chute, l’envol, les espaces cybernétiques que s’élancent ces ados en recherche de paix et de substitut à la violence du réel.
(5,5/10)
Sergent_Pepper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Poussif, Adolescence, Violence, Asiatique et Dénonciation

il y a 8 ans

25 j'aime

2 commentaires

All About Lily Chou-Chou
Sergent_Pepper
6

Cruauté, singularité, étrangeté

Festival Sens Critique, 12/16 J’aurais pu faire un jeu de mot pathétique dans mon titre, qui aurait donné « ether-minable », mais c’eût été un peu trop méchant. Ce film est assez singulier,...

Lire la critique

il y a 8 ans

25 j'aime

2

All About Lily Chou-Chou
Vivienn
8

21st Century Boys

"All About Lily Chou-Chou" c'est typiquement le genre de film dans lequel je me lance sans trop savoir de quoi ça parle. J'avais vaguement cerné une histoire de pop-star japonaise et de garçons en...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

All About Lily Chou-Chou
Subversion
10

Simulacres et gouffre générationnel.

[Il s'agit moins d'une critique que d'une tentative d'analyse, issue d'un travail académique plus vaste]. Shunji Iwai est un cinéaste de la jeunesse : dans la grande majorité de ses films, il n’a...

Lire la critique

il y a 3 ans

10 j'aime

2

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53