👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Cartographie du populaire : le club de vacances

All Inclusive est très mauvais, on l’a dit, on le sait. Et de très mauvais goût, oui d’accord. Mais il a aussi la chance et la malchance d’être un film de Fabien Onteniente, c’est-à-dire qu’il pâtit de tous les défauts habituels à ses réalisations antérieures, qu’il compile ici sans jamais atteindre le divertissement qui rendait agréable Camping ou regardable Disco, tout en s’inscrivant dans une trajectoire, elle, plus intéressante.

Car les films de Fabien Onteniente nous disent quelque chose non pas du cinéma mais d’une certaine réalité qui ne dispose pas, dans le cinéma justement, d’une représentation. Des paris faits dans les bars aux concours de danse disco, du camping par trois fois répété au club de vacances organisées, le petit monde du réalisateur brosse une cartographie du populaire qui se plaît à investir des clichés pour mieux les exagérer, les rendre comiques. Objectif raté en ce qui concerne All Inclusive, puisque nous ne rions guère. Mais il dessine pourtant un point supplémentaire sur la carte, un foyer de convivialité qui apparaît parfois, derrière les paillettes et les chorégraphies du club, comme un conservatoire de solitude, d’une solitude qui n’est pas poétique, qui n’est pas intelligence, qui est bêtement humaine et qui essaie de se soigner dans les cocktails et l’amour facile. Quand tout fout l’camp, que nous reste-t-il, sinon les amis d’hier et ceux qu’on se fera demain ?

En dépit de la médiocrité ambiante qui imprègne chaque plan du film, le réalisateur s’attache à prononcer un acte de foi, toujours le même, un acte de foi envers les losers qui apprennent la vie en se heurtant les uns aux autres, envers la camaraderie qui, à contrecœur ou par choix, nous renvoie à la figure une image de nous-mêmes que nous ne voulons plus voir. Voilà ce qu’il faut regarder dans All Inclusive : ça vaut mieux que les fesses pâles de Franck Dubosc.

il y a 2 ans

3 j'aime

All Inclusive
Fancy_
2

The worst crossover in History

Bon tout d'abord je ne sais ce qui m'a pris d'aller voir ce film le jour de sa sortie. Je ne connaissais pas l'intrigue, je savais juste qu'il y avait Mister V, et je voulais voir ce qu'il pouvait...

Lire la critique

il y a 3 ans

24 j'aime

3

All Inclusive
davidalin96
1

Pire que le cancer

C'est simple, on est resté la bouche ouverte pendant tout le film tant on était choqué à chaque scène par la platitude de l'humour, l'incohérence des personnages, le racisme sous-jacent, l'homophobie...

Lire la critique

il y a 3 ans

21 j'aime

All Inclusive
pierrick_D_
3

Critique de All Inclusive par pierrick_D_

Bruno et Paloma,dont le couple va mal,doivent partir pour un séjour en Guadeloupe mais madame a oublié son passeport et doit rester à Paris.Ils s'embrouillent et monsieur part seul mais il va passer...

Lire la critique

il y a 11 mois

11 j'aime

16

Sex Education
Fêtons_le_cinéma
3

L'Ecole Netflix

Il est une scène dans le sixième épisode où Maeve retrouve le pull de son ami Otis et le respire tendrement ; nous, spectateurs, savons qu’il s’agit du pull d’Otis prêté quelques minutes plus tôt ;...

Lire la critique

il y a 3 ans

75 j'aime

15

Ça - Chapitre 2
Fêtons_le_cinéma
5

Résoudre la peur (ô malheur !)

Ça : Chapitre 2 se heurte à trois écueils qui l’empêchent d’atteindre la puissance traumatique espérée. Le premier dommage réside dans le refus de voir ses protagonistes principaux grandir, au point...

Lire la critique

il y a 2 ans

73 j'aime

14

La Fille au bracelet
Fêtons_le_cinéma
9

En présence d’un doute

On ne sait pas, on ne saura jamais. On traque les signes, on tente de décrypter les traits du visage de Lise. Si, je la sais coupable. Ah non, en fait je n’y crois pas. Pourquoi ne répond-elle pas ...

Lire la critique

il y a 2 ans

51 j'aime

4